L’Union européenne favorise le retour des services publics et la relance économique à  travers le désenclavement des régions de la RCA

0
37


Le projet de désenclavement des régions centrafricaines a été officiellement lancé hier à  Bimbo en présence du Président de la République, Pr. Faustin-archange Touadéra, et du Directeur général du développement et de la coopération internationale de la Commission européenne, Stefano Manservisi.

Financé par l’UE via le #FondsBekou à  hauter de 7 millions d’euros et mis en oeuvre par Expertise France, le projet vise à  désenclaver la RCA à  travers l’installation de ponts métalliques.

« Construire des ponts est comme construire des liens » l’a dit le DG Manservisi « ce projet constitue un tournant formidable pour le pays: connecter les régions, connecter Bangui au reste du pays, avec une amélioration tangible des conditions de vie des populations qui auront plus facilement accès aux marchés, aux services de base, aux échanges humains entre elles. L’objectif commun est de contribuer au développement des régions du pays, mais également au renforcement de son unité, de son sentiment de pays et de nation, de son vivre ensemble à  travers la mobilité et la libre circulation des personnes, des biens et des valeurs ».

Pour le Ministre de l’Economie et du Plan, Felix Moloua, après l’approbation en juin 2017, des dispositions concrètes ont été prises pour arriver à  lancer officiellement le projet de désenclavement et faciliter le développement et la création des conditions propices au retour des réfugiés et des déplacés.

« Un résultat de tous les efforts des européens en Centrafrique »: pour l’Ambassadeur de France en Centrafrique, Éric Gérard, le projet va permettre la construction des ponts pour faciliter la libre circulation des voies fluviales en vue d’une meilleure connexion avec la population.

Un élément de pont métallique a été remis par le DG Manservisi au Président de la République, pour marquer symboliquement le lancement du projet qui verra également dans sa mise en oeuvre la mise en valeur des capacités acquises par le génie militaire centrafricain grâce à  la formation dispensée par l’EUTM.

Lancé en juillet 2014, le Fonds fiduciaire Bekou est financé par la Commission européenne, la France, l’Allemagne, le Pays Bas, l’Italie et la Suisse.

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here