Le Directeur général de la coopération de l’Union Européenne Stéfano Manservisi rencontre les leaders des organisations féminines

0
46

L’une de ces femmes leaders, Angéline Kaïdama, a expliqué qu’il était quand même important de rappeler au directeur général Stéfano Manservisi que les femmes sont engagées, déterminées à résorber la crise centrafricaine et d’y apporter des solutions idoines.
 
Elle a souligné qu’elles les ont envoyées dire à ceux qui se disent amis de la République Centrafricaine, notamment la France, les Etats-Unis, la Russie, la Chine qu’en tant qu’amis, ils devraient plutôt s’intéresser à résorber le problème de la crise centrafricaine plutôt que de s’occuper de leurs propres intérêts.
 
Selon elle,  ces grandes puissances sont animées par la mauvaise foi, elles ne veulent pas que la guerre s’arrête car ils peuvent facilement mettre fin à une crise ou au moins arrêter les protagonistes de cette crise là.
 
« Nous sommes obligées de dire la vérité parce que nous en avons marre puisque c’est nous qui souffrons, qui payons le lourd tribut et c’est la raison pour laquelle nous les femmes sommes impliquées dans la recherche des solutions à cette crise », a-t-elle poursuivi.
 
Selon elle, ces grands pays n’ont qu’à lever l’embargo et donner des armes aux forces armées centrafricaines (FACA) et ils vont voir le travail que ces forces vont faire sur le terrain.
 
Elle a indiqué qu’elles n’ont pas manqué de dire au directeur général Stéfano Manservisi que la communauté internationale a un agenda caché, si non comment proposer des calmants à un malade plutôt que de donner des vrais remèdes à ce patient.
  
Il convient de rappeler que M. Manservisi a rencontré, la veille, la jeunesse centrafricaine dont il dit prendre note des préoccupations.
 

 

Source : Acap

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here