L’appel de l’Eglise à  boycotter la fête nationale et la comparution de «Rambo» à  la Une des quotidiens centrafricains

0
64


Le message des Evêques appelant les fidèles à  boycotter les festivités de l’anniversaire de la proclamation de la République Centrafricaine le 1er décembre, la première comparution à  la CPI de « Rambo », chef d’une milice anti balaka, et les violences au quartier km5 dans le 3ème arrondissement de la capitale dominent la Une des journaux centrafricains parvenus ce vendredi à  APA.

« Vers un bras de fer entre le gouvernement et l’église catholique à  propos de la fête de l’indépendance ? » s’interroge à  sa Une L’Expansion avant d’indiquer que le gouvernement centrafricain et l’église catholique ne sont pas sur une même longueur d’onde par rapport aux festivités du 1er décembre.

En effet, après une réunion entre évêques le samedi 24 novembre, le cardinal, président de la conférence épiscopale, a signé un communiqué de presse dans lequel est rendu public l’appel des évêques relatif à  la transformation des festivités du 1er décembre en journée de deuil.

Cet appel avait, selon l’Expansion, bouleversé le gouvernement qui a dépêché cinq membres du gouvernement à  l’archevêché de Bangui où ils ont rencontré le cardinal qui est resté droit dans ses bottes et a refusé de revenir sur sa décision malgré les arguments des membres du gouvernement.

L’Ouragan, autre quotidien privé, informe que l’Eglise catholique a demandé à  ses fidèles de boycotter la fête du 1er décembre 2018 « en observant une journée de silence à  la mémoire des victimes d’Alindao ».

Sur un tout autre sujet, L’Expansion revient sur la première comparution devant la CPI de l’ex chef de la milice rebelle des antis balaka, Alfred Yékatom « Rambo » et informe que son procès est prévu pour le 30 Avril 2019.

Centrafric Matin décrit, pour sa part, l’audience de la 1ère comparution d’Alfred Yékatom et informe que ce dernier a souhaité intervenir en Sango (langue nationale de la Centrafrique), pour mieux s’exprimer devant la Cour pénale internationale.

« Je préfère m’exprimer en Sango parce que mon français n’est pas bon » a répondu « Rambo » (surnom d’Alfred Yékatom) à  la question du président de la cour en Sango.

Sur ce même sujet, le quotidien Réseau des journalistes pour les droits de l’homme (RJDH) arbore ce titre : « la CPI fixe la date de l’audience de confirmation des charges de Rombhot le 30 avril 2019 ».

Les quotidiens centrafricains se sont par ailleurs intéressés aux violences survenues dans le quartier Km5 de la capitale Bangui et qui ont occasionné la mort de Mahamat Tahir « Apo », leader d’un groupe armé d’autodéfense au Km5.

A ce propos, Libres Opinion A Bangui renseigne que le chef de milice de KM 5 a été tué par un commerçant.

« APO, le plus cruel, le plus atroce, tueur patenté, seigneur de guerre, agrégé en torture, abattu à  bout portant par un commerçant du KM 5 » commente, pour sa part, Centrafric Matin.

Sur ce même sujet, le RJDH annonce que les commerçants ont lancé un assaut depuis lundi soir contre les bases des autodéfenses qui paralysent leurs activités depuis plusieurs jours.

ARD/cat/APA

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here