Les dispositifs de protection des civils de la MINUSCA restent intacts malgré des nombreux défis sécuritaires

0
22


Les dispositifs de protection des populations civiles mis en place par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) restent intacts malgré des nombreux défis sécuritaires, a rappelé mercredi, le conseiller principal de la MINUSCA en matière de Protection des civils, Koffi Wogomebou.

« Sans préjudice de la responsabilité première des autorités centrafricaines, la MINUSCA protège les civils à  travers la protection physique, avec la présence et les patrouilles des casques bleus, le dialogue politique et l’établissement d’un environnement protecteur », a rappelé le conseiller, avant d’énumérer des résultats concrets comme le déploiement des préfets et des magistrats ainsi que la signature d’environ 13 accords locaux de paix.

Ce responsable a aussi cité les défis auxquels la Mission est confrontée sur le terrain en matière de protection des civils comme « l’insuffisance des infrastructures, ce qui complique l’accès à  la population civile. « Dans certaines zones, il faudra deux à  trois semaines à  la MINUSCA pour y arriver, même en cas d’urgence », a-t-il dit, ajoutant à  cela la présence d’éléments des groupes armés dans les sites de déplacés ainsi que l’utilisation de civils comme boucliers.

De son côté, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, est revenu sur les douloureux événements de Batangafo (nord) et Alindao (centre-sud), respectivement les 5 et 15 novembre 2018, qui ont rappelé la fragilité de la situation sécuritaire dans certaines parties du pays. Face aux défis encore nombreux sur le chemin vers la cohésion sociale, la réconciliation nationale et la paix, le porte-parole a réaffirmé l’engagement de la MINUSCA à  « poursuivre sa mission de protection des populations civiles, aux côtés des autorités centrafricaines » ainsi qu’avec « toutes les forces vives centrafricaines – c’est le cas avec certains secteurs – pour la paix et la réconciliation nationale ». Le porte-parole a rappelé le travail de la MINUSCA avec les FACA et les forces de sécurité intérieure dans certaines localités pour assurer la protection des populations.

Il a par ailleurs dénoncé les fausses informations et les rumeurs sur les casques bleus et mettant en cause l’impartialité de la MINUSCA, précisant que tout en mettant en danger le travail quotidien et inlassable des soldats de la paix, « ces manipulations font le jeu de ceux qui s’opposent à  la paix ».

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here