Les civils ont besoin de protection et d’assistance, selon la Coordonnatrice humanitaire de l’ONU

0
59


La crise humanitaire en République centrafricaine (RCA) continue de s’aggraver à  un rythme alarmant. Lors d’un point de presse ce mercredi à  Genève, la Coordonnatrice humanitaire de l’ONU dans le pays s’est préoccupée de la détérioration de la situation « marquée par l’augmentation des déplacements forcés, l’insécurité et des contraintes d’accès pour les civils et les travailleurs humanitaires ».​

Cette dégradation est illustrée par d’importants mouvements de population au cours des trois dernières semaines. Plus de 50.000 personnes ont été affectées dans les villes de Batangafo, dans la préfecture de l’Ouham, et Alindao, dans la préfecture de Basse Kotto, où deux principaux sites des personnes déplacées ont été incendiés.

« Le monde ne peut pas fermer les yeux sur ce qui se passe en RCA. Nous sommes de retour à  la case départ ! », a déclaré la Coordonnatrice humanitaire des Nations Unies en RCA. Selon Najat Rochdi, « ces attaques ignobles » ont d’énormes conséquences sur les vies d’hommes, de femmes, de garçons et de filles innocents. « Ils ont tout perdu, y compris l’espoir », a-t-elle ajouté.

Ils ont tout perdu, y compris l’espoir – Najat Rochdi, Coordonnatrice humanitaire en RCA
Mme Rochdi condamne fermement la recrudescence de ces attaques contre les civils et les infrastructures publiques. Elle appelle toutes les parties à  respecter leurs obligations en vertu des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Les civils, en particulier les femmes et les enfants, continuent de subir les conséquences du conflit et sont de plus en plus exposés à  des risques liés à  la protection et aux incidents.

« En tant que travailleurs humanitaires, nous continuons d’intensifier l’aide d’urgence, mais dans ces deux villes, nous devons tout reprendre à  zéro, car ce que nous avions réussi à  accomplir a été détruit », fait-elle remarquer. Pourtant sur le terrain, les besoins ne cessent de croître. Environ 2,9 millions de personnes ont besoin d’assistance et de protection en RCA.

Appel de fonds de 427 millions de dollars pour 2019
Dans le même temps, plus de 9.000 incidents de protection ont été enregistrés entre janvier et septembre dernier, soit en moyenne, plus de 1.000 par mois dans des zones affectées par l’insécurité et la violence. D’ailleurs à  la fin octobre, plus de 338 incidents contre des travailleurs humanitaires ont été enregistrés, « faisant de la Centrafrique l’un des endroits les plus dangereux au monde pour les travailleurs humanitaires ».

Par ailleurs, la Coordonnatrice humanitaire de l’ONU en RCA a réitéré la détermination des Nations Unies à  venir en aide aux populations vulnérables et à  protéger les civils. Dans ce contexte, Najat Rochdi a fait valoir l’urgence de prendre les mesures nécessaires pour le relèvement au niveau du secteur agricole et de l’élevage.

« Cela nous permettrait de renverser la tendance et qu’on puisse arrêter cette insécurité alimentaire », a-t-elle déclaré au cours d’un entretien avec ONU Info. « Sinon malheureusement dans quelques années, la RCA se retrouvera dans le cercle vicieux de la famine », a-t-elle mis en garde.

S’agissant du financement des opérations humanitaires en RCA, le Plan de réponse humanitaire 2018 pour la RCA, d’un montant de 515,6 millions de dollars, n’a été financé qu’à  hauteur de 240,6 millions de dollars.

« Des fonds supplémentaires sont nécessaires, et cela de toute urgence, pour renforcer la réponse humanitaire, sauver des vies et répondre aux besoins croissants », plaide la responsable onusienne qui ajoute que 427 millions de dollars seront demandés lors de l’Appel de fonds 2019 qui sera officiellement lancé le 4 décembre prochain à  Genève.

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here