lundi, décembre 17, 2018
Accueil Societé Centrafrique : L’ONG internationale Tearfund soutient les associations des femmes du 5ème...

Centrafrique : L’ONG internationale Tearfund soutient les associations des femmes du 5ème sur les techniques d’épargne

0
40

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

BANGUI, le 22 Novembre 2018(RJDH) —Vingt-cinq femmes issues de l’association « Femmes Responsables » du quartier Ambassana dans le 5ème  arrondissement de Bangui sont initiées depuis trois mois sur les techniques d’épargne et de tantines améliorées. Un projet de l’ONG internationale Tearfund qui vise à soutenir les femmes à se prendre en charge.

Pour booster l’économie des femmes du 5ème arrondissement de Bangui à travers leurs associations villageoises d’épargne, l’ONG internationale Tearfund sur fond de l’USAID dans son projet a édifié une vingtaine de femmes sur les techniques d’épargne et de tantine améliorées. Le 5e arrondissement est un arrondissement des retournés car il a été vidé des suites de violence dans le pays.

Il s’agit pour le Superviseur à l’ONG internationale Tearfund Patrick Gbiassé de promouvoir les activités des femmes du 5ème arrondissement à se prendre en charge, « nous avons édifiés ces femmes sur : comment elles peuvent se lancer dans les activités à travers leur association dénommée, association villageoise d’épargne et de crédit. Après l’identification des femmes, nous avons travaillé à mettre en place un comité et nous sommes à la phase de formation sur les modalités d’épargner de l’argent » a-t-il précisé.

Lucienne Benimé, secrétaire générale de l’association Femmes Responsables se félicite de cette initiative de cette organisation américaine en faveur des femmes afin de bouger l’économie du pays  « nous sommes très contentes de la formation de l’ONG Tearfund. Pour nous c’est une première, puisse que, entre-temps on agissait sans cette dynamique. Mais nous sommes convaincues qu’à partir de maintenant nous pouvons commencer à jeter le jalon»  apprécie-t-elle.

C’est un projet d’autonomisation des femmes centrafricaines financé par USAID pour une durée de 3 ans. Il est exécuté depuis 6 mois par l’ONG internationale Tearfund en Centrafrique.

Source : RJDH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here