Centrafrique : Début à  Bangui de la deuxième session criminelle 2018 de la Cour d’Appel de Bangui

0
54


BANGUI –La deuxième session criminelle de la Cour d’Appel de Bangui s’est ouverte ce lundi 19 novembre 2018 à  la Cour de cassation. La première affaire inscrite au programme après la prestation de serment de 15 jurés est le dossier d’Issaka Azalou, Mahamat Abakar et Abdoulaye Oumar poursuivis pour assassinat et complicité d’assassinat.

C’est la deuxième et la dernière session de l’année en cours de la Cour d’Appel de Bangui. Une session qui intervient après la première tenue du 16 juillet au 31 aout derniers où 15 personnes ont été jugées par la Cour. Une session qui s’annonce très bien, déclare le Procureur général de la Cour d’Appel de Bangui, Eric Didier Tambo, car la machine est huilée, « nous avons respecté le calendrier et comme vous avez constaté ce matin du 19 novembre, nous commençons à  évoquer les assises en commençant à  l’audience de la prestation de serment des jurés. Donc nous pensons aujourd’hui que la machine est huilée » a déclaré le procureur général.

Alfred Roch Ngoumbrè, président de la Cour a invité dès l’ouverture de la deuxième session criminelle les 15 jurés venus de Bangui, de Mbaïki et de Bossembele à  jouer un rôle de responsabilité durant ces assises, « vous jurez et promettez d’examiner avec attention des affaires qui vous seront soumises pendant les Cours de la présente session. De n’écouter ni la haine, ni la méchanceté ni la crainte ou d’affection » lance-t-il aux membres du jury après avoir prêté le serment devant la cour en répondant à  l’appel de leur nom « je le jure ! »

Du côté de la partie de la défense, Me Anatole Maïtovo, le Conseil d’Issaka Azalou, de Mahamat Abakar et d’Abdoulaye Oumar poursuivis pour assassinat et complicité d’assassinat, se dit prêt selon lui à  se jeter le premier dans l’arène, « c’est le premier dossier et j’ouvre le ban donc je suis prêt » a-t-il conclut.

Cette deuxième session qui s’ouvre ce lundi 19 novembre prendra fin le 20 décembre prochain à  Bangui. Lors de la première session criminelle entre juillet et aout dernier, la Cour a condamné sur les 34 dossiers, 15 personnes dont des travaux forcés à  perpétuité et 20 ans de prison ferme.

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here