Le Congo bénéficiera-t-il d’une nouvelle aide du FMI ?

0
37

Une délégation d’experts du Fonds monétaire international séjourne depuis le 5 novembre dernier à Brazzaville au Congo. Objectif : travailler avec les autorités du pays pour rassembler les conditions d’un éventuel prochain accord d’aide économique.

Alors que le pays fait face depuis 2014 à une crise économique persistante, le gouvernement congolais a entamé en 2017 des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue d’accéder à un programme économique de trois ans. Malheureusement, comme n’ont cessé de le dénoncer les autorités du pays, le dossier du Congo n’a toujours pas été présenté au Conseil d’administration du FMI. Depuis cette semaine, une mission de l’institution séjourne dans la capitale congolaise, Brazzaville, afin de rassembler les conditions pour remédier à cette situation.

«Le Congo a fait des efforts énormes pour avancer vers un programme dans une situation économique difficile. Le pays a pu ajuster ses finances publiques pour améliorer la gestion des finances, avec un programme important sur la gouvernance et la transparence. Le dossier a pris un peu de retard certes, mais nous sommes ici pour le faire avancer», a déclaré Alex Segura Ubiergo, chef de la mission.

Une croissance à 3,1% cette année

A en croire Ubiergo, diverses questions seront évoquées avec les autorités du pays, notamment celle de la dette intérieure, mais aussi les réformes structurelles à engager. Il «s’agira, au cours de cette mission, de discuter entre autres de la question de la dette intérieure qui a aussi un poids sur le dynamisme de l’économie congolaise, dont les cabinets chargés de l’audit n’ont pas encore rendu leur rapport», a confié le chef de la délégation de l’Institution de Bretton Woods au cours de la première séance de travail avec les cadres du ministère congolais du Budget et des Finances.

«L’état d’avancement des réformes structurelles du pays, les questions des assurances de financement seront aussi au menu de ces discussions, ainsi que le cadrage budgétaire», a ajouté le responsable qui a appelé l’Etat congolais à finaliser un accord avec ses créanciers en tenant compte de la nécessité de réduire le poids du passif.

Rappelons que la dette intérieure du Congo est estimée à 5 000 milliards de francs CFA, soit quelque 10 milliards de dollars. La croissance, elle, est projetée par la Banque africaine de développement (BAD) à 3,1% pour 2018 et à 2,1% pour 2019, portée par l’augmentation de la production pétrolière, après la mise en production du champ pétrolier de Moho-Nord. Quant au solde budgétaire, il devrait revenir à 2,8% du PIB projetés pour 2018 et 4,2% pour 2019.

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here