mardi, décembre 11, 2018
Accueil Societé Centrafrique : Les usagers de transport en commun de Bimbo s’alarment suite...

Centrafrique : Les usagers de transport en commun de Bimbo s’alarment suite à la pratique de sectionnement

0
60

BANGUI, 14 novembre 2018 (RJDH)—Les usagers de transport en commun de Bimbo s’alarment suite à la pratique de sectionnement imposée par les conducteurs des taxis et bus sur l’avenue David Dacko. Ils invitent le ministère des transports à l’action.

A la gare de Bimbo, à une seule vue, les bus sont inexistants, plusieurs usagers attendent le transport. Elèves et étudiants, fonctionnaires et commerçants se bousculent pour avoir l’accès dans le bus. Hélas, les bus qui arrivent préfèrent se limiter à Petevo et non le centre-ville.

Quelques usagers ont accepté de se livrer à la Radio Fréquence RJDH. « Ils préfèrent s’arrêter à Petevo alors que leur trajet c’est Bimbo-Centre-ville. Ils ne se soucient pas des élèves et fonctionnaires. Avec nos maigres salaires, tout va partir dans les transports puisque nous devons payer trois fois pour 9 km en raison de 1.000 FCFA par jour. C’est trop », s’est livrée une femme fonctionnaire de l’Etat.

« Je suis étudiant à l’Université de Bangui, les professeurs ne vont pas nous comprendre si quelqu’un a cours à 7h30. Même si tu sors à 6h c’est toujours le même problème. Mais avec cette pratique, je suis très déçu », a lancé Prince Mognakpa, étudiant en 1ère année des Droits à l’Université de Bangui.

Stéphane Kongota, lui aussi étudiant en 1ère année des sciences économiques à l’Université de Bangui, est obligé parfois de supporter cette pratique qu’il critique d’ailleurs. « C’est une pratique que nous subissons ici à Bimbo chaque année. Les autorités ne pensent même pas à trouver une solution. Je suis parfois obligé car c’est le pays, on n’y peut rien », lance-t-il avec regret.

Ces accusations ne laissent pas indifférents les conducteurs de bus qui justifient par l’embouteillage au niveau du carrefour de Petevo. François Lionel Singa est conducteur de bus rencontré à Bimbo. « Nous sommes des commerçants et pour faire Bimbo Centre-ville, nous perdons de 45 min à 1 heures de temps. C’est l’embouteillage au niveau de Petevo qui retarde », justifie –t-il.

François Lionel Singa rejette la responsabilité sur les forces de l’ordre. « Il n’y a pas de régulation de circulation au niveau de Petevo même s’il existe un commissariat tout juste au niveau du carrefour. Rien se fait et pour ne pas pénaliser les usagers, nous sommes obligés de faire Bimbo-Petevo pour les aider à avancer. Mais quand la situation sera réglée, ce problème finira aussi », a-t-il dit.

Presque tous les axes de Bangui connaissent ce même problème. De Pk12 à Combattant et à Bimbo, chaque période des cours est un calvaire et un parcours des combattants pour les usagers des transports en commun.  Les conséquences sont nombreuses sur les élèves et étudiants. Les autorités sont ici interpellées à favoriser la libre circulation des biens et des personnes comme garantie par la Constitution.

Source : RJDH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here