Centrafrique: Abdoulaye Hissene, chef de guerre motivé par l’argent (rapport)

0
66


Le chef de groupe armé opérant en Centrafrique Abdoulaye Hissène est « l’un des profiteurs de guerre les plus influents » de ce pays en conflit, ayant amassé « une fortune » grâce à  la violence et au commerce illicite de ressources, indique un rapport mardi.

A 51 ans, M. Hissène « s’est progressivement imposé comme l’un des profiteurs de guerre les plus influents » en Centrafrique en « ravivant la haine » entre chrétiens et musulmans, révèle la fondation américaine d’investigation The Sentry.En 2015, il a « donné l’ordre » à  ses hommes de « décapiter » un jeune musulman à  Bangui « en faisant croire à  un acte perpétré par les antibalaka », milices autoproclamés d’autodéfense, selon The Sentry.Cet acte, et d’autres, ont abouti à  une vague de violences communautaires entre chrétiens et musulmans, qui a fait des dizaines de morts et était orchestrée « pour le compte de personnalités en quête de pouvoir », selon The Sentry.Aussi, pour « reprendre le contrôle » de sites miniers dans le centre du pays en 2017, M. Hissène « a alimenté des tensions ethniques » entre un groupe armé prétendant défendre les Peuls et le sien.

Les deux groupes se sont ensuite battus des mois. Des centaines de civils ont été tués.Selon la fondation, la « montée en puissance » de M. Hissène depuis les années 2000 a été possible « grâce aux liens qu’il a su tisser » avec les milieux politiques d’Afrique centrale.Ancien ministre centrafricain en 2013-2014, il a obtenu « trois passeports » diplomatiques. Photo à  l’appui, The Sentry affirme qu’il a voyagé en 2014 dans un jet privé avec le ministre des Mines du Congo-Brazaville de l’époque.

Au Tchad, Abdoulaye Hissène était cette année-là  « en contact direct » avec le ministre du Pétrole d’alors. Avec lui et d’autres proches du président Idriss Déby, M. Hissène s’est créé des « réseaux d’affaires » à  N’Djamena en créant différentes sociétés, dans le commerce de voitures de luxe et le pétrole, selon The Sentry.

En parallèle, M. Hissène a vendu ou essayé de vendre des diamants et de l’or au Cameroun et au Kenya, affirme la fondation qui publie une photo de lui en 2014 à  Nairobi avec « ce qui pourrait être des lingots d’or de fabrication artisanale », selon la fondation américaine.En 2017, l’ONU et les Etats-Unis ont gelé ses avoirs et l’ont interdit de voyage. Il est depuis 2016 sous mandat d’arrêt en Centrafrique, où un quart de la population a fuit le conflit qui dure depuis 2013.

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here