Centrafrique : Macron et Poutine en visite séparée à  Bangui : Qui des deux ravira la vedette ?

0
1700


Décidemment cette fin du mois de novembre 2018 ne manquera pas de laisser une tache indélébile dans l’histoire de la République centrafricaine à  travers les toutes visites séparées de moins de cinq jours seulement, des Chefs d’Etats français et russe notamment Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Du coup l’on s’interroge déjà  pour comprendre les enjeux des visites de ces hautes personnalités et qui d’entre elles ravira la vedette en d’autres termes, qui de Macron et Poutine recevra un accueil chaleureux auprès de la population centrafricaine ?

En effet, les sources diplomatiques indiquent que c’est le Président français qui sera le premier à  fouler pour sa première fois le sol centrafricain à  la date du 22 novembre 2018. Et peu de temps seulement après le passage de M. Macron à  Bangui, ça sera l’arrivée tant attendue en terre centrafricaine du président russe Vladimir Poutine prévue pour le 27 de ce même mois de novembre 2018. Ces déplacements des deux chefs d’Etats occidentaux dans un intervalle de temps très serré attirent déjà  très sérieusement l’attention de tous les analystes et commentateurs de la vie politique centrafricaine.

Pour certains spécialistes des questions politiques centrafricaines, le président français est obligé de faire le déplacement de Bangui pour tenter de rattraper le cuisant échec de la mission qu’il avait confiée à  son ministre en charge des Affaires Etrangères Jean Yves Le Drian qui avait séjourné récemment du 1er au 2 novembre à  Bangui dans le cadre d’une visite de travail.

L’on se souviendra quelques jours seulement qui ont suivi la visite du ministre Le Drian à  Bangui un des médias français avait affirmé ceci dans ces colonnes « le nouvel intérêt des Russes pour la Centrafrique intrigue la diplomatie tricolore. Officiellement, ce n’était pas l’objet du déplacement de Jean-Yves Le Drian, venu renouveler le soutien de la France aux autorités politiques de ce pays, notamment par le biais de conventions d’aide budgétaire (10 M€), humanitaire, la cession de 300 m linéaires de ponts, et la livraison de 1 400 fusils d’assaut »

Dans le même article cet organe de presse a indiqué que : « Au palais présidentiel de Bangui, des soldats russes montent la garde, kalachnikov à  la main. Une présence inédite : par le passé, les liens militaires entre Centrafrique et Russie étaient pour ainsi dire inexistants. Désormais, plusieurs dizaines de forces spéciales ont été affectées à  la garde rapprochée du président Faustin-ArchangeTouadéra. Ils comptent parmi les quelque 200 militaires venus du pays de Poutine et déployés dans le pays depuis janvier 2018, dans le contexte d’une livraison d’armes ».

La réalité qui est connue de tous les centrafricains est que depuis que les russes sont arrivés à  Bangui, les autorités françaises s’agitent tellement par des actes d’ingérence dans les affaires politiques interne propre à  la Centrafrique. Et en tête de ces agitateurs français l’on retrouve le vieux routier de la politique française Jean Yves Le Drian qui brille à  tout endroit et à  chaque occasion par des déclarations fracassantes au sujet de la coopération entre la RCA et la Russie. Une autre personnalité française qui vient d’emboîter le pas à  M. Drian c’est Mme Florence Parly, la ministre de la Défense qui a saisi récemment la tribune du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique pour proférer d’une manière voilée des menaces contre les autorités centrafricaines par rapport à  la coopération avec la Russie.

« toute manipulation intéressée de puissance opportuniste serait inepte, indigne », a martelé la ministre française Parly. Elle a ajouté en référence à  l’influence grandissante de la Russie en RCA, sans toutefois la citer nommément que la France critique vivement la tentative russe d’engager des pourparlers de paix entre groupes armés concurrents de ceux de l’Union africaine. « Apportons notre plein soutien à  l’Union africaine pour préserver toutes les chances d’un règlement rapide et pacifique de la crise », a insisté Florence Parly

Elle a ajouté que « Tous les efforts internationaux sont bienvenus pour sécuriser la République centrafricaine mais il faut que cela soit fait dans le respect des résolutions des Nations unies et dans le respect de la médiation de l’Union africaine »

Côté Russie, l’on ne dérange aucunement des agitations de la France bien au contraire les russes qui sont à  Bangui travaillent dans le stricte respect des accords de coopération qui lient leur pays à  la RCA.

Cependant ce que l’on redoute c’est le climat d’acceuil qui sera reservé au président français Emmanuel Macron qui risque d’éssuyer de jets de pierre ou encore des messages hostiles incrits sur les banderoles et autres supports par la population de Bangui qui est très remontée ces dernières années contre la France qui est accusée d’être à  l’origine des malheurs des centrafricains.

Qui vivra verra !

Herman THEMONA

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here