Centrafrique : Que cherche le français RENAITAU complice des séléka aperçu au Tchad ?

0
597


C’est pendant que les leaders des groupes armés de la RCA à  majorité séléka se retrouvent au Tchad que le sujet français nommé Christophe RAINATAU sous mandat d’arrêt international lancé par les autorités centrafricaines pour cause de sa connivence avec le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam, est aperçu au Tchad. Et l’on se demande pour quel but ? Et comment a-t-il fait pour voyager de la France jusqu’au Tchad sans être inquiété surtout que celui-ci est recherché par Interpol ?

Si la présence de RENAITAU au Tchad est confirmée, il n’y a aucun doute d’affirmer aisément que ce dernier a fait le déplacement dans le pays de Déby dans le seul but de rencontrer les leaders des groupes armés qui se sont présentement donnés rendez-vous dans cet Etat qui partage les frontières avec la RCA.

L’on a encore en mémoire la fulgurante montée au créneau du Président centrafricain qui avait saisi au mois de mai dernier, l’opportunité d’un organe de la presse française notamment la chaîne télévisée France 24, pour dénoncer nommément deux sujets français qui complotaient contre son pouvoir. Ainsi, le professeur Faustin Archange TOUADERA a pointé ouvertement et publiquement d’un doit accusateur les nommés Christophe RAINETEAU et Bernard COUSIN tous deux, sujets français qui selon lui, constituent des appuis importants aux groupes armés ainsi qu’à  certains hommes politiques et leaders de la société civile centrafricaine qui œuvrent dans l’ombre pour déstabiliser son régime.

Et c’est dans cette foulée que la justice centrafricaine avait lancé un mandat d’arrêt international contre RAINETEAU et COUSIN pour entre autres motifs, l’intelligence avec une association des malfaiteurs et l’atteinte à  la sà»reté intérieure de l’Etat.

Il faudrait aussi rappeler que ces mêmes deux sujets français présumés comploteurs contre le régime de TOUADERA étaient également accusés par les autorités centrafricaines d’être derrière les douloureux et meurtriers événements du début du mois de mai notamment l’attaque terroriste contre la paroisse Notre Dame de FATIMA attribuée au groupe d’autodéfense du KM5 dirigé par le redoutable Djamous alias « FORCE » qui est également visé par un autre mandat d’arrêt de la justice centrafricaine et qui jouit lui aussi d’une certaine liberté dans son quartier résidentiel du PK5.

Suite au mandat d’arrêt international lancé contre les français RAINETEAU et COUSIN, les observateurs de la vie politique nationale font savoir que c’est à  partir de cette dénonciation et ce mandat d’arrêt international que les relations diplomatiques en la RCA et la France commençaient à  se refroidir car, pour certains observateurs avisés, ces sujets français incriminés agissent sous les ordres des hautes autorités françaises.

Ces mêmes Observateurs indiquent que depuis que le président TOUADERA a activé la coopération centrafricano-russe, il est inscrit sur la liste noire de la France qui le trouve dangereux pour ses intérêts en Centrafrique.

Pour d’autres Observateurs le fait pour TOUADERA de dénoncer visiblement les sujets français qui en veulent à  son régime, est considéré d’un coup par les autorités françaises d’un péché de lèse majesté.

Cependant, il ‘’agit ici d’une procédure normale qui consiste à  traquer et traduire devant la justice tout individu qui se permet de poser des actes de déstabilisation d’un Etat de droit.

Avec cette présence signalée au Tchad de Christophe RAINETAU, l’on attend voir le Tchad qui réclame d’Etat de droit France procéder à  l’arrestation de ce sujet français et le remettre aux autorités centrafricaines pour que celui-ci réponde de ses actes.

Herman THEMONA

Source : ABangui

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here