Industrie extractive : à Dakar, Macky Sall plaide pour la divulgation des vrais bénéficiaires des sociétés actives en Afrique

0
12

Intervenant à l’ouverture de la conférence africaine de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) sur la transparence de la propriété effective, qui se tient à Dakar du 31 octobre au 2 novembre, le président sénégalais a plaidé pour que soient révélés, les bénéficiaires effectifs en Afrique des sociétés extractives. Pour Macky Sall, cette démarche participera à renforcer la transparence dans le secteur extractif africain et par la même occasion, à la lutte contre la corruption, l’évasion fiscale et la mauvaise gouvernance sur le Continent.

Le président Macky Sall ne manque décidément aucune occasion pour conforter son ambition d’occulter au Sénégal, un pays qui s’apprête à rejoindre le club des producteurs d’or noir et de gaz, la « malédiction des ressources naturelles ». La conférence africaine de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), qu’accueille la capitale sénégalaise du 31 octobre au 2 novembre, a été encore l’occasion pour le chef de l’Etat sénégalais de réitérer son plaidoyer pour plus de transparence en Afrique.

« L’exploitation et la gestion des ressources naturelles doivent être transparentes, viables et durables » a souligné Macky Sall, lors de la cérémonie d’ouverture, qui s’est tenue mercredi 31 octobre dans un palace de Dakar, et en présence de son homologue sierra-léonais, Julius Maada Bio. Pour le président Sall, cette transparence « permet de lutter contre l’évasion fiscale, les flux financiers illicites, le blanchiment et d’améliorer le climat des affaires ». C’est pour cette raison d’ailleurs qu’il a plaidé pour que soient divulgués, les noms des véritables bénéficiaires des sociétés opérant dans le secteur extractif en Afrique.

« Je voudrais engager les pays africains qui mettent en œuvre l’ITIE, à prendre des actions concrètes permettant la divulgation des propriétaires des entreprises extractives », a plaidé Macky Sall.

Le président de Sierra Leone, un pays connu pour sa décennie de guerre civile des années 90 et les fameux « diamants de sang », s’est également inscrit dans la même lancée. « L’évasion fiscale et le blanchiment continuent d’avoir une incidence négative », a souligné Julius Maada Bio.

« C’est dans l’intérêt supérieur des pays africains que nous devons augmenter la transparence. Elle permet de relever le niveau de mobilisation des ressources nationales », a estimé, Julius Maada Bio, le président de la Sierra Leone.

1000 milliards de dollars de perte par an

Pour le chef de l’Etat sénégalais, la transparence est un enjeu décisif pour les pays africains notamment le Sénégal qui se prépare à sa nouvelle ère d’exportateur d’hydrocarbures. « Je me suis engagé à rendre publics tous les contrats pétroliers et miniers », a ainsi rappelé Macky Sall, qui n’a pas manqué de dénoncer certains « contrats déséquilibrés ».

Lire aussi : Macky Sall : « Le moment est venu de renégocier les contrats portant sur les ressources naturelles en Afrique »

Afin de mieux faire profiter aux Etats et aux populations, les fruits de l’exploitation de leurs ressources naturelles, le chef de l’Etat sénégalais se fait ainsi le chantre de la transparence sous tous ses aspects. Selon le président Macky Sall, la connaissance des bénéficiaires effectifs des entreprises du secteur, s’inscrit dans cette démarche, et c’est pourquoi, il a rappelé que son gouvernement va soumettre, durant le mois de décembre prochain, trois projets de loi à l’Assemblée nationale au courant du mois de décembre. Il s’agit du projet de loi portant nouveau code pétrolier, du projet de loi portant partage des revenus issus de l’exploitation future des hydrocarbures et du projet de loi définissant le contenu local, dans le cadre de l’exploitation du pétrole et du gaz.

«Après le premier rapport de l’ITIE, beaucoup de gens qui avaient des actions ont dû trouver des arrangements pour disparaître des listes. Les pays en développement perdraient plus de 1 000 milliards de dollars chaque année, en raison de la corruption, des transactions illégales, de l’évasion fiscale dont beaucoup impliquent les sociétés anonymes», a dénoncé Macky Sall.

Révéler les bénéficiaires effectifs, un gage de transparence

La Conférence de l’ITIE de Dakar qui se tient sous le thème, « révéler les bénéficiaires effectifs en Afrique », réunit les membres du Conseil d’administration de l’initiative, ainsi que des représentants de gouvernements, du privé et de la société civile de plus de 25 pays africains. « Cette conférence est une étape importante dans la lutte contre la corruption en Afrique », a ainsi expliqué le président de l’ITIE, l’ancien premier ministre suédois, Frederik Reinfeldt, qui a définit la problématique à travers une interrogation : « si vous trouvez du gaz, de l’or, du pétrole, vous trouvez des investisseurs pour exploiter ou avoir des rapports de vente. Si vous ne savez pas qui est le propriétaire de ces biens, à qui vont revenir les recettes? ». Pour Simone Niven, membre du conseil d’administration de l’ITIE, « la connaissance de la propriété réelle aide à fournir des informations aux communautés et s’assurer que les bénéfices du secteur minier sont partagés avec ces communautés ».

Au cours de leur conférence qui prend fin ce vendredi 2 novembre, les participants vont mener réflexions stratégiques sur les mesures à mettre en application pour prévenir l’évasion fiscale, atténuer les flux financiers illicites et augmenter les revenus tirés des activités d’extraction, grâce notamment, « à la divulgation systématique des identités des propriétaires réels des entreprises extractives ».

Selon les organisateurs, la conférence accordera également une attention particulière à la valorisation des meilleures pratiques et des progrès réalisés par les 24 pays d’Afrique dans la divulgation des propriétaires réels des entreprises extractives. A noter qu’en prélude à la conférence africaine sur la propriété réelle des entreprises extractives, le Conseil d’administration de l’ITIE Internationale a tenu, pour la première fois en Afrique, sa 41éme réunion du 29 au 30 octobre 2018, toujours dans la capitale sénégalaise. Plusieurs pays africains ont été évalués sur la base des rapports fournis sur les progrès qu’ils ont accomplis. C’est le cas de l’Éthiopie et du Nigéria qui ont été évalués en matière d’exécution des exigences de la norme ITIE. Pour rappel, l’ITIE est une norme internationale lancée en 2002 qui vise à améliorer la transparence et la bonne gouvernance dans l’utilisation des revenus issus de l’exploitation des mines, du pétrole et du gaz.

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here