Apurement des arriérés des redevances des cotonculteurs de la préfecture de la Kémo

0
18

L’objectif de l’apurement de ces arriérés est, d’une part, de consolider le pouvoir d’achat des cotonculteurs et, d’autre part, de les inciter à se mettre au travail pour la prochaine campagne cotonnière.
 
Cet apurement, selon des sources locales, découlent des efforts consentis par le gouvernement centrafricain, qui a mis sur le chantier le coordonnateur du projet de la relance du coton dans la région. 

Pour rappel, les stocks de coton ont été enlevés chez les cotonculteurs au mois de mai dernier. 

Introduite en République Centrafricaine par le Gouverneur Félix Eboué en 1929, sous la colonisation française, la production du coton était, jusqu’à la fin des années 1990, la Principale culture d’exportation de la République Centrafricaine, totalisant environ 60 000 tonnes en 1969-1970 et faisant vivre quelque un million de personnes dans les préfectures de Kémo, Nana Grébizi, Ouaka, Ouham et Ouham-Pendé.

D’où la relance des activités du secteur, en février 2017 à Bossangoa (305 km au nord de Bangui), dans la préfecture de l’Ouham, par le président de la République Faustin Archange Touadéra, désireux de relancer l’économie grâce à une reprise des cultures d’exportation.

Source : Acap

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here