Le président centrafricain lance à  Genève un appel aux investisseurs étrangers

0
29


Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, a lancé mercredi un appel aux investisseurs étrangers, lors du troisième jour du Forum mondial de l’investissement 2018 de la CNUCED à  Genève, selon un communiqué publié par l’organisation.

« Les investisseurs sont invités à  explorer le champ vierge de la République centrafricaine (RCA) », a déclaré mercredi le président Touadéra lors d’un débat consacré à  l’investissement dans une nouvelle ère d’industrialisation dans le cadre du Forum organisé par la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED).

Le chef d’Etat centrafricain a insisté sur les « réels attraits » de son pays pour attirer des capitaux et des investissements directs étrangers qui ne représentaient que 17 millions de dollars en 2017.

A cette occasion, M. Touadéra a affiché sa bonne volonté pour attirer les investisseurs qui n’attendent qu’un climat de confiance pour investir en RCA et permettre ainsi « une reprise économique au service des Centrafricains ».

« Naturellement, le socle de tous ces efforts reste l’engagement à  renforcer la gouvernance, à  consolider la paix, à  soutenir la stabilisation et la résilience des communautés, et à  garantir une gestion durable des ressources naturelles », a reconnu le président de la RCA, conscient de veiller à  « l’efficacité des institutions publiques pour garantir les principes d’équité, de justice et de juste rétribution de la richesse nationale ».

Pour M. Touadéra, qui se pose en garant et défenseur du potentiel économique de la Centrafrique, le rendez-vous de Genève doit permettre d’actionner « les leviers du redressement » d’un des pays les plus pauvres au monde. A ce jour, environ 80% des Centrafricains vivent en dessous du seuil de pauvreté, près de 50% de la population a besoin d’assistance humanitaire et un Centrafricain sur cinq est déplacé à  l’intérieur du pays ou réfugié dans les pays voisins.

Mais derrière ce sombre tableau, M. Touadéra a souligné à  Genève que les faiblesses de son pays « peuvent être transformées en atouts pour un développement inclusif et une prospérité partagée ».

A cet égard, il a insisté sur l’importance du secteur de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche qui « représente un vivier considérable d’opportunités d’investissement ». Un secteur qui contribue pour plus de la moitié au produit intérieur brut (PIB) et occupe environ 80% des personnes actives.

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here