fbpx
lundi, novembre 19, 2018
Accueil Actualités Centrafrique : 80% des femmes hospitalisées à Sibut, sont des victimes des...

Centrafrique : 80% des femmes hospitalisées à Sibut, sont des victimes des Violences Basées sur le Genre

0
28

BANGUI, 24 Octobre 2018 (RJDH) —De nombreux cas d’hospitalisation de femmes et filles à l’hôpital préfectoral de Sibut (centre du pays), sont dus aux violences basées sur le genre. Le médecin chef Docteur Franco Banawane, contacté par le RJDH parle d’un problème majeur qui mine la localité.

Elles sont toutes allongées sur des lits à l’hôpital de Sibut. Certaines ont des bras, des mâchoires, des jambes, des dents  et/ou des coté cassés, d’autres portent de graves blessures sur le corps. Elles, ce sont des femmes et filles de Sibut admises à l’hôpital de suites des violences conjugales ou parentales. Le médecin chef de l’hôpital préfectoral, interrogé par le RJDH parle de 80% de femmes hospitalisées suite aux violences basées sur le genre.

Ce chiffre est avancé par le médecin chef de Sibut après une étude réalisée sur les six premiers mois de l’année 2018, « nous avons après constat,  fait une étude rétrospective des six derniers mois et là, nous nous sommes rendus compte de l’ampleur que sont en train de prendre les violences basées sur le genre. Les 80% d’hospitalisation de femmes et filles sont certes liées aux violences faites aux femmes mais vous savez, il y a plusieurs victimes qui ne viennent pas à l’hôpital et elles souffrent dans le silence, ce qui signifie que le phénomène est en train d’être le problème majeur de la localité », explique Docteur Franco Banawane.

En réaction, le ministère des Affaires Sociales , de la promotion de la femme et de la protection de l’enfance, a décidé de lancer cette année à Sibut les 16 jours d’activisme, « les cas des violences à l’égard des femmes sont légion à Sibut, c’est pourquoi Madame le ministre a décidé que nous puissions tous nous rendre dans cette ville pour lancer les 16 jours d’activisme afin d’attirer l’attention de l’opinion sur ce qui peut déstabiliser cette belle ville », a confié au RJDH, un cadre de ce département. De sources autorisées, la ministre des Affaires Sociales a été obligée de se rendre à Sibut la semaine dernière pour rendre visite à une fille dont les quatre doigts ont été coupés par un de ses parents. C’est lors de cette visite que le membre du gouvernement a été alerté sur la montée en puissance dans cette ville des violences faites aux femmes.

Les violences basées sur le genre sont qualifiées en Centrafrique de crime et elles sont pénalement punies par la loi. Depuis quatre années, le gouvernement met l’accent sur la lutte contre ces violences et profite des 16 jours d’activisme, lancés chaque année le 25 novembre (journée internationale de l’élimination des violences à l’égard des femmes) pour sensibiliser afin de prévenir ces violences. Partant du thème mondial de cette année « oranger le monde : écoutez moi aussi », le gouvernement centrafricain a dégagé comme thème national, « tolérance zéro à l’égard des violences basées sur le genre » comme pour mettre un point d’honneur sur la répression dans la lutte contre ce fléau.

Source : RJDH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here