Du rôle et des responsabilités des autorités locales de Bossangoa sur la protection des civils

0
15


A l’initiative de la sous-préfecture de Bossangoa, 152 maires et chefs de groupes des différentes communes ont pris part, du 18 au 20 octobre 2018, à  un atelier de sensibilisation et de renforcement de leurs capacités sur leurs rôles et responsabilités en matière de sécurité, de protection des civils, des droits de l’homme et de la gouvernance inclusive et transparente.

Ce moment d’échanges, dont l’organisation est appuyée par la MINUSCA, répond au besoin d’harmoniser les connaissances des maires et chefs de groupes afin d’éviter certains écueils constatés sur le terrain, comme le fait savoir la sous-préfète de Bossangoa, Béatrice Namkona. « Il y a trop de difficultés. Certaines autorités locales ne jouent pas bien leur rôle, et cela crée du désordre et des malentendus sur le terrain. Il faut donc beaucoup de sensibilisation, de formation et d’éducation à  leur endroit pour un développement local harmonieux », a-t-elle dit.

Le chef du bureau de la MINUSCA à  Bossangoa, Bara Dieng, a, à  l’occasion, exhorté les participants à  être plus inclusif dans leurs actions et dans leur mode de gestion, à  s’impliquer véritablement dans le respect des droits de l’homme, la sécurité et la protection des populations et à  entretenir une parfaite collaboration avec la Mission. « Cet atelier est inédit et extrêmement important. J’aimerais insister sur la gouvernance inclusive car, lorsqu’on gère une communauté plurielle, c’est elle qui ouvre la voie à  une bonne protection des droits de l’homme, à  la sécurité et à  la protection des civils. En tant que leaders vous pouvez jouer un rôle dans la sécurité par une parole qui rassemble. Il faut éviter les rumeurs et donner à  temps l’information vraie […] La MINUSCA est aux côtés des autorités locales et des populations », a-t-il souligné.

Au terme de cet atelier qui s’est voulu interactif, les participants ont pris l’engagement de restituer et de mettre en pratique les acquis de cette formation dans leurs communautés respectives. Ils ont également formulé plusieurs recommandations parmi lesquelles la formation intensive de toutes les autorités locales, le redéploiement des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) et de la MINUSCA dans toutes les communes, la formation de toutes les associations et groupements communautaires sur la cohésion sociale, des sensibilisations de masse dans toutes les communes sur le mandat de la Mission et la réhabilitation des mairies de toutes les communes.

Source : ABangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here