fbpx
dimanche, novembre 18, 2018
Accueil Actualités Interpol : Pour la lutte contre la criminalité forestière en Centrafrique

Interpol : Pour la lutte contre la criminalité forestière en Centrafrique

0
36

800×600

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;}

L’Interpol s’engage à appuyer la République Centrafricaine dans la lutte contre la criminalité forestière, faunique et environnementale. Une « Plate-forme de concertation » regroupant les acteurs concernés par ce phénomène vient d’être mise en place à cet effet. 

Les dispositions en faveur de la lutte contre l’exploitation forestière illégale, le braconnage et les crimes environnementaux viennent d’être renforcées en République Centrafricaine. Cette  lutte sera désormais menée avec l’appui de la « Plate-forme de concertation » regroupant l’Interpol, les acteurs nationaux représentant les institutions de la république dont la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance, les ministères concernés, la société civile, les sociétés forestières, l’université de Bangui, etc.

La particularité de la « Plate-forme de concertation sur la criminalité forestière, faunique et environnementale » est d’autant plus significative que cette nouvelle organisation se veut un cadre de « franche collaboration » des parties prenantes sur la protection des ressources forestières et fauniques de la RCA.  

Bien plus, avec l’appui financier et technique de l’Interpol et d’autres partenaires, la Plate-forme aidera la RCA à « mener efficacement les poursuites judiciaires contre les auteurs et co-auteurs de l’exploitation illégale des forêts et de la faune sauvage du pays, rendre publique les données sur cette lutte, rechercher des financements pour ces activités… », a précisé le colonel André-Marie Nambrou, conseiller exécutif de l’Interpol sur la criminalité forestière.

Une lutte sous toutes ses formes

La lutte contre les crimes liés aux essences forestières et espèces fauniques sera menée à tous les niveaux. Ce qui pourrait amener la Plate-forme à « faire appel à toute autre personne ressource, selon les besoins sur des questions spécifiques à la lutte contre l’exploitation forestière illégale, le braconnage et les crimes environnementaux », lit-on dans l’arrêté signé le 24 août 2018 par le ministre des eaux, forêts, chasse et pêche, Lambert Lissane-Moukové.  

Cet arrêté autorise également la Plate-forme à veiller au respect et à l’application des textes régissant la gestion des forêts et de la faune, à encourager des recherches scientifiques, par exemple, sur la gouvernance forestière, etc. Des projets de développement seront conçus et mis en œuvre avec l’appui de la Plate-forme dans le but d’inciter les populations cibles à se détourner des activités dévastatrices des ressources naturelles.  

S’agissant des éléments de la brigade mobile de contrôle du ministère des eaux, forêts, chasse et pêche, leurs capacités seront renforcées dans les domaines de la surveillance forestière, de l’éthique professionnelle, etc. Ceux-ci seront également dotés de matériels pour leur permettre de mener à bien leur mission.

Comme on peut le constater, l’appui de l’Interpol aidera la RCA à disposer de marge de manœuvre suffisante pour mener une lutte globale contre les auteurs et co-auteurs de la criminalité forestière, faunique et environnementale.    

 

Mettre un terme aux fraudes…

Précisons que la République Centrafricaine fait partie du Comité des chefs de police d’Afrique centrale (CCPAC) Interpol qui vient d’être doté d’un statut juridique et d’un règlement intérieur. Le CCPAC Interpol a pour entre autres objectifs, d’appuyer les pays membres à lutter contre la criminalité environnementale.   

C’est justement dans cette perspective qu’à l’issue de l’atelier organisé du 14 au 16 novembre 2017 à Yaoundé par le Bureau régional de l’Interpol pour l’Afrique centrale, il a été recommandé la création de la « Plate-forme de concertation sur la criminalité forestière, faunique et environnementale » chargée d’aider l’Etat centrafricain à faire face à ce phénomène.    

Gageons qu’avec la naissance de cette Plate-forme, la RCA et ses partenaires réussiront, enfin, à mettre définitivement un terme aux multiples fraudes et corruptions à grande échelle qui ont toujours caractérisé le secteur forestier et faunique du pays.   

Jules YANGANDA,

Consultant en Production médiatique   auprès du Projet RDEDD+ -Coordination Nationale Climat (CN-Climat).

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here