Centrafrique : extrême tension entre Touadera et Meckassoua, scène insolite avec les deux hommes au siège du MLPC à  Bangui

1
242


Même si des rumeurs et quelques informations plus ou moins crédibles circulent partout dans le pays depuis près de deux ans au sujet d’une éventuelle tension extrême entre le Président de l’Assemblée nationale Abdoul Karim Meckassoua et son ex-ami le Présideent de la République Faustin Archange Touadera, sur le plan pratique, les deux hommes faisaient de leur mieux pour ne pas révéler publiquement aux yeux du monde leur linge sale. Mais depuis ce mardi 16 octobre, il n’est plus question pour eux de faire semblant de cacher la tension palpable entre eux.

En effet, ce mardi 16 octobre à  la cérémonie funéraire du regretté Luc Guela à  la place Marabéna dans le 5e arrondissement de Bangui, les deux hommes, Meckassoua et Touadera bien sà»r, ont pris le soin d’honorer leur présence auprès de leur allié Martin Ziguélé et le MLPC. Mais leur présence, qui devrait être cordiale en raison d’un public si nombreux, tourne très rapidement à  un spectacle inédit.

Les services protocolaires, notamment ceux de la Présidence de la République et de l’Assemblée nationale qui n’ont pas été formées pour ce genre de situation, ont mis côte à  côte les fauteuils du Président Touadera et du Président de l’Assemblée nationale Abdoul Karim Meckassoua . Peine perdue, le mal est déjà  fait.

Scène insolite, les deux hommes, assis côte à  côte près d’une heure, n’ont pas pris leur courage chacun de se parler ni de se croiser le regard, encore moins de se lancer un petit sourire fraternel alors que Touadera le faisait avec Martin Ziguélé.

Environ près d’une heure, le public, qui est déjà  étonné de la scène, assiste bizarrement à  un autre spectacle digne d’un film américain, notamment celui de leurs gardes du corps respectifs.

Les gardes rapprochées, qui n’étaient pas loin des deux, semblent se préparer à  un éventuel échange des coups de main entre les deux hommes. On se prépare en quelque sorte à  les départager. Incroyable !

Finalement, les deux personnalités ont pu se séparer au bout d’une heure à  la fin du dépôt de gerbe.

Cependant, à  l’Assemblée nationale, le camp présidentiel se fissure à  l’idée de faire destituer Meckassoua de son poste, mais le Président Touadera et son Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji semblent être déterminés à  le faire partir alors que beaucoup de zones d’ombre persistent quant au profil de la personnalité qui pourrait lui succéder au perchoir au cas où.

Pour le Président Touadera, après la chute de Meckassoua du perchoir, un député proche de son camp pourrait lui succéder et un nouveau premier ministre sera nommé, il sera probablement un Centrafricain de confession musulmane.

Or, le Premier ministre Sarandji, quant à  lui, pense à  un autre jeu qui pourrait lui sauver son fauteuil.

Alors, l’homme compte sur un autre centrafricain musulman pour succéder à  Meckassoua. Il pense notamment au député de Baboua 1 Laurent Ngon-Baba, mais plusieurs musulmans de naissance le considèrent comme un animiste islamisé qui ne tarderait pas à  les trahir.

Ainsi, le jeu semble être crédible pour un nouveau premier ministre musulman, en cas du départ de Meckassoua. Des noms circulent déjà  dans le couloir de la présidence de la République. On pense au ministre de l’Énergie Gontran Djono Ahaba, Idriss Salao ou encore Désiré Kolingba du parti RDC pour succéder à  Simplice Mathieu Sarandji à  la primature.

En tout cas pour le Président Touadera, le Dé est déjà  lancé pour le PAN Meckassoua. Pas question de l’arrêter en si beau chemin.

Gisèle Moloma

Source : abangui.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here