Congo  : un plan de délestage de deux mois pour éviter le blackout à Brazzaville et Pointe-Noire

0
13

La Direction générale de la société Énergie électrique du Congo a annoncé, hier mardi 16 octobre, que les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire subiront des délestages accentués à compter du 21 octobre et jusqu’au 5 décembre prochain. Derrière ces coupures, des travaux de maintenance dans la Centrale à gaz de Pointe-Noire.

A partir de ce 21 octobre et jusqu’au 5 décembre prochain, Brazzaville et Pointe-Noire, les deux plus grandes villes du Congo, seront quasiment plongées dans le noir. Les deux villes subiront des délestages accentués durant cette période, indique un communiqué rendu public par la Direction générale de la société Énergie électrique du Congo (EEC). La suppression de l’alimentation en électricité interviendrait parallèlement est aux travaux qui seront entamés dans la Centrale à gaz de Pointe-Noire.

«Pour des raisons de maintenance d’une des deux turbines de la centrale à gaz de Pointe-Noire, qui fournit à elle seule 300 MW, des perturbations seront observées dans les deux grandes villes du pays du 21 octobre au 5 décembre prochain», explique l’entreprise dans son communiqué en ajoutant qu’avec ses travaux, le réseau électrique allant de Pointe-Noire à Makoua connaîtra un déficit de production, soit une perte de 150 MW ou plus du tiers de toute l’énergie disponible, réduisant l’accès des populations au réseau de fourniture de l’électricité.

Distribution rotative

Le délestage sera fait à tour de rôle et la distribution énergétique sera rotative. «La conséquence de cette opération de maintenance normale et utile est que le réseau électrique national connaîtra des perturbations. Il ne nous sera plus possible de garantir la distribution de l’énergie électrique à l’ensemble de notre clientèle de manière pérenne durant cette période. Nous procéderons à une distribution rotative de l’électricité», indique le communiqué.

«Chaque ménage, chaque service, chaque industrie pourra, à un moment de la journée, bénéficier ou manquer de l’énergie», a averti pour sa part le directeur général de l’EEC, Louis Kanoha Elenga. Selon son équipe, les travaux pourraient finir plus tôt ou durer plus que prévu, ce qui explique le délai de deux mois annoncé.

En ce qui concerne le choix porté sur Brazzaville et Pointe-Noire, Elenga a indiqué que ces deux villes utilisent à elles seules près de 80% de l’électricité. Selon lui, une distribution de l’électricité de façon rotative dans d’autres localités n’aurait aucun impact sur le réseau.

A noter que ces délestages vont également affecter l’interconnexion avec la République démocratique du Congo, laquelle fait aussi partie de l’actuel réseau national congolais.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here