Centrafrique: L’ONG FRACARITA sensibilise des jeunes sur la consommation d’alcool et de stupéfiants

0
7


BANGUI, –En prélude à  la journée mondiale de la Santé Mentale célébrée le 10 octobre de chaque année, une cinquantaine de leaders issus des associations de jeunes de Centrafrique sont en formation du 08 au 10 octobre au siège du Conseil National de la Jeunesse, formation organisée par l’ONG FRACARITA le Centre d’Ecoute Psycho-social de Santé Mentale porté par la communauté Saint-Père Damien à  BIMBO.

Le thème retenu pour cette journée de formation et de sensibilisation est « Le Psycho-traumatisme et Conséquence de la Consommation de Drogue et Alcool sur la Santé Mentale des Jeunes Centrafricains ».

Selon le Directeur Général de l’ONG FRACARITA, Séraphin Tshijika Mbumba, le choix est porté sur cette frange de la population, sensible et prête à  écouter et à  aider pour changer les choses. « En vue de la journée mondiale de la santé mentale, nous avons beaucoup plus misé sur la jeunesse. Parce que si nous disons que la jeunesse est l’avenir de demain et pour le développement du pays, c’est cette jeunesse qui est la force du pays et qui va aider à  porter l’information et à  sensibiliser beaucoup plus les autres jeunes. Ils seront beaucoup plus écoutés que si on avait commencé par les grandes personnes. Souvent nous disons, la drogue, l’alcool et les stupéfiants que les jeunes prennent, c’est ce qui est à  la base des maladies mentales » a -t-il déclaré.

Le but de cette activité, selon le Directeur, c’est pour sensibiliser beaucoup plus les jeunes à  ne pas consommer des stupéfiants, la drogue et/ou l’alcool. Ce qui va permettre de sauver beaucoup de vies. « Avec cela, les jeunes peuvent diminuer, ou carrément cesser de consommer ces produits. En faisant cette formation de sensibilisation, nous allons sauver des vies », a-t-il indiqué.

Il précise par ailleurs que les activités de son organisation ne se limitent pas qu’à  Bangui mais s’étendent également sur l’ensemble du territoire du pays. Aussi, hormis le cadre du département de la jeunesse, ces activités s’étalent sur la sensibilisation sur le terrain et dans les établissements d’enseignement. Les activités ont déjà  commencé dans les écoles et nous sommes présents dans la ville et, partout. « Ce n’est pas seulement le début, nous avons déjà  commencé », a-t-il renchéri.

Pour le Dr. Abel Namsenmo, Point Focal de la Santé Mentale et de Lutte contre la Toxicomanie au Ministère de la Santé, « les maladies mentales constituent un frein pour le développement du pays. C’est à  ce titre que le ministère de la santé attache une importance à  toutes les activités pouvant amener les jeunes à  disposer d’une santé mentale pour penser au développement de leur pays. Puisque, si cette jeunesse se jette dans la consommation abusive de la drogue et tout ce que nous constatons aujourd’hui, vraiment le pays n’a plus d’avenir » a-t-il affirmé.

Cette activité avec l’ONG FRACARITA qui, selon lui, veut former des leaders des organisations de la jeunesse afin que ceux-ci puissent à  leur tour relayer les informations à  leurs pairs trouve son importance dans le fait que, « La cause de multiples cas de jeunes dans les rues avec des maladies mentales, c’est la consommation des produits stupéfiants tels que le Tramadole. S’ils pensent que la consommation de ces produits leur donne la force pour mener de durs travaux, c’est peut-être vrai. Mais l’effet s’estompe bien vite et les consommateurs s’exposent à  des maladies psychiques après cette consommation », a-t-il prévenu.

La consommation de stupéfiants et de la drogue par la jeunesse prend une proportion inquiétante dans le pays. Ce constat a conduit à  identifier des associations de la jeunesse qui ont par la suite pu bénéficier de ladite formation.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here