Guinée  : les enseignants maintiennent la pression sur le gouvernement

0
27

En Guinée, le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée a annoncé ce week-end qu’il maintenait son mot d’ordre de grève. Il s’agit d’une décision prise en Assemblée générale. Le syndicat a ajouté qu’il envisageait aller plus loin en exigeant le licenciement de ceux qui, au sein de l’administration, tentent d’influencer les grévistes.

La pression est maintenue par les enseignants guinéens sur le gouvernement. Ceux-ci en assemblée générale ce week-end, ont décidé de maintenir leur mot d’ordre de grève.

« Face aux manœuvres dilatoires orchestrées par les autorités gouvernementales, nous invitons tous les enseignants de Guinée à resserrer les rangs et à être très vigilants pour que, massivement le lundi, ils continuent à observer le mot d’ordre de grève et le maintenir jusqu’à l’obtention d’un certain montant par rapport aux 8 millions que nous avons revendiqués et pour lesquels nous avons déclaré c’est négociable », a déclaré le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), Aboubacar Soumah.

Menaces

Restant fidèle à son appel, Aboubacar Soumah a appelé les parents d’élèves à garder leurs enfants chez eux, ceci, parce que « nous ne voulons pas que ces enfants soient exposés aux réactions des agents des forces de l’ordre qui n’utilisent pas les armes conventionnelles contre les manifestants du pays », a-t-il expliqué.

Répondant ensuite aux menaces du gouvernement de suspendre les salaires des enseignants grévistes ou même les remplacer, le secrétaire général du SLECG a déclaré que « Nous demandons aux responsables administratifs qui sont en train de proférer des menaces à l’endroit de nos enseignants à l’intérieur du pays comme à Conakry, de bien vouloir se ressaisir. Faute de quoi nous allons demander leur départ ». « Les autorités, à tous les niveaux, qui intimident nos camarades, nous allons demander leur départ », s’est-il montré plus précis.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here