Tchad : le président Déby plaide pour la diversification de l’économie

0
46

Intervenant à l’occasion de l’ouverture cette semaine à N’Djamena d’un forum sur la relance de l’économie de son pays, le président tchadien Idriss Déby Itno a indiqué qu’il entend œuvrer à la diversification de l’économie. Le chef de l’Etat a affirmé compter sur des projets dans divers secteurs dont l’agriculture, de l’élevage, des mines et de l’habitat.

Alors que son pays traverse une crise socio-économique avec un impact sur le plan politique, le président tchadien Idriss Déby Itno est convaincu que la diversification de l’économie serait d’un grand atout. A l’ouverture d’un forum sur la relance de l’économie du pays organisé par la Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture, des mines et de l’artisanat (CCIAMA), le numéro 1 tchadien a fait part de sa volonté d’œuvrer à la diversification de l’économie de son pays relevant le fait qu’elle reste trop dépendante des cours du pétrole, l’une de principales ressources du pays.

«Avec le secteur privé, l’Etat entend diversifier l’économie en tenant compte des programmes et des projets ambitieux dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, des mines et de l’habitat», a déclaré Idriss Déby Itno. Face aux opérateurs économiques à qui il s’adressait, le chef de l’Etat tchadien a souligné que «l’urgence pour le pays est d’encourager l’épargne nationale et de dissuader toute pratique de thésaurisation afin de privilégier les circuits normaux bénéfiques au développement des activités économiques».

Le secteur privé à la rescousse

Pour le président tchadien cette situation critique que traverse son pays est «née de la volatilité des cours du pétrole et de la menace terroriste». Toutefois pour Idriss Déby : «aucune crise ne doit prendre le pas sur la motivation du privé à développer des actions de relance de l’économie».

Réagissant aux propos du président Déby, le président de la Chambre de commerce de N’Djamena, Amir Adoudou Artine, a pour sa part estimé que le Tchad s’en sortirait de la crise grâce aux apports du secteur privé. Selon lui le salut du pays dépendra «de sa capacité à être résiliant aux changements». « L’économie et (les) entreprises (tchadiennes) doivent s’adapter à l’évolution du monde», a-t-il conclu.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here