Centrafrique: une pièce de théâtre pour lutter contre l’impunité

0
7


 » L`audience de la Cour pénale spéciale est ouverte ! » déclame un homme en tenue de magistrat dans la capitale centrafricaine Bangui.

Face à  lui, ni juges, ni accusés, mais une centaine de spectateurs amusés, venus assister à  la première représentation d’une pièce de théâtre visant à  sensibiliser les Centrafricains à  la création et au fonctionnement de la Cour pénale spéciale (CPS).

Créée en 2015, la CPS entend juger les violations graves des droits de l’homme – crimes de génocides, crimes de guerre, crimes contre l’humanité – commises dans le pays depuis 2003.

« Oh ma fille, ma chérie, tu n’es plus avec moi, ils t’ont violée, ils t’ont ôté ta vie! » sanglote une des actrices, hurlant sa douleur, s’effondrant à  terre, avant de se relever et de serrer les poings: « Je vais rendre ma propre justice, ½il pour ½il, dent pour dent ! ».

« Nous pourrions aussi faire appel à  la CPS! », propose timidement une autre actrice, un dossier sous le bras.

Tantôt tristes, tantôt comiques, les scènes retracent, à  travers des drames personnels, l’histoire tumultueuse des flambées de violences de la Centrafrique, aujourd’hui sous la domination de groupes armés qui en contrôlent la grande majorité du territoire.

A mesure que la pièce se déroule, la douleur, l’impuissance, le désir de vengeance des personnages s’effacent devant l’espoir d’obtenir justice et réparation, grâce à  la CPS.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here