L’UA veut soutenir les compagnies aériennes à  bas coà»t afin de stimuler les transports aériens en Afrique

0
9


L’Union africaine cherche des soutiens pour permettre l’établissement en Afrique de compagnies aériennes à  bas coà»t afin de stimuler les déplacements à  l’intérieur du continent, ont fait savoir mardi des responsables.

La commissaire de l’Union africaine en charge des Infrastructures, de l’Énergie et du Tourisme, Amani Abou Zeid, a estimé devant les journalistes à  Nairobi que le coà»t des déplacements aériens sur le continent restait élevé en partie du fait du manque de libéralisation du secteur des transports aériens.

« C’est pourquoi nous proposons une stratégie continentale du tourisme visant à  promouvoir la libéralisation du secteur aérien en Afrique. L’une des conséquences de l’ouverture des espaces aériens en Afrique est qu’elle permettra à  des compagnies aériennes privées dynamiques et flexibles de fonctionner en Afrique afin de promouvoir les déplacements intra-africains », a déclaré Mme Zeid à  l’occasion de la première réunion du sous-comité sur le tourisme du comité technique spécialisé pour les transports, les infrastructures transcontinentales et interrégionales, l’énergie et le tourisme.

Cette stratégie continentale du tourisme devrait être signée par les chefs d’État africains en mi-2019 et serait par la suite adaptée dans les politiques locales par les pays membres de l’UA, selon Mme Zeid.

Un secteur de l’aviation compétitif aidera à  soutenir le secteur du tourisme sur le continent, a-t-elle ajouté.

Actuellement, près de 80 % de l’ensemble du trafic aérien en Afrique est assuré par des compagnies aériennes non africaines, a-t-elle observé.

Elle a précisé que l’UA avait réalisé différentes avancées pour renforcer le secteur du tourisme, y compris la promotion d’un marché africain unique des transports aériens visant à  promouvoir la libre circulation des biens et services sans droits de douane.

Le continent souhaite rendre son secteur de l’aviation dynamique en l’ouvrant à  la concurrence, a indiqué la responsable de l’UA.

Le ministre kenyan du Tourisme et de la faune, Najib Balala, a estimé que le secteur de l’aviation africain fonctionnait en dessous de son potentiel en raison d’un certain nombre de goulots d’étrangement.

M. Balala a appelé à  un plus grand assouplissement des lois sur l’Immigration sur le continent afin de permettre aux ressortissants africains de se déplacer dans la région sans avoir besoin de visas.

La plupart des États africains ont développé des politiques protectionnistes en matière de transports aériens afin de protéger leur compagnie nationale, a-t-il observé.

« Nous pouvons prendre exemple sur l’Europe où les compagnies à  bas coà»t jouent un rôle complémentaire de celui des compagnies aériennes nationales dans le transport des passagers », a-t-il ajouté.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here