Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo va demander sa libération à la CPI

0
61

L’ex-président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo va demander sa libération de la prison de la CPI ce lundi 1er octobre 2018. La défense de Gbagbo devrait demander «un non-lieu total», un «jugement d’acquittement pour toutes les charges et pour tous les modes de responsabilité».

Incarcéré depuis sept ans dans le quartier pénitentiaire de la CPI, à Scheveningen, dans les faubourgs de La Haye, l’ex-chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, envisage de demander sa libération immédiate. La défense de l’ancien homme fort d’Abidjan devrait demander ce lundi 1er octobre 2018, «un non-lieu total» et un «jugement d’acquittement pour toutes les charges et pour tous les modes de responsabilité» signifiant la demande d’une «libération immédiate» de son client.

Jugé pour des crimes contre l’humanité présumés commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait des milliers de morts en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo et ses avocats estiment que malgré l’appel à 82 témoins, la présentation de milliers de documents et des centaines d’heures de vidéos, les éléments de l’accusation sont «insuffisants» pour prouver les charges «au-delà de tout doute raisonnable». Cette semaine qui démarre ce lundi s’annonce donc très importante pour l’ex-chef d’Etat.

En effet, alors qu’il a été arrêté au même moment que sa femme, Simone, si cette dernière a été inculpée et jugée en Côte d’Ivoire, l’ex-président quant à lui, sera envoyé à la Cour pénale internationale, devenant ainsi le tout premier ex-chef d’Etat dans cette situation. Condamnée à 20 ans de prison dans son pays pour «atteinte à la sûreté de l’Etat», Simone Gbagbo sera libérée en août après sept ans de détention grâce à une amnistie du président Alassane Dramane Ouattara.

«Nous sommes sereins et confiants que le président Laurent Gbagbo sera acquitté, libéré et pourra regagner son pays», s’est montré confiant Justin Koua, président de la jeunesse d’une coalition qui regroupe des partis politiques, des associations de la société civile et une partie du Front populaire ivoirien (le parti de Laurent Gbagbo).

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here