Bénin  : Patrice Talon fait machine arrière sur la taxation des réseaux sociaux

0
10

Le Bénin a mis fin à l’application du décret N° 2018-341 du 25 juillet 2018 portant l’introduction d’une taxation sur le réseau sociaux : WhatsApp, Facebook, Twitter, Viber… Dans un communiqué officiel, les autorités justifient leur décision par une liste d’anomalies liées à la mise en œuvre de ces taxes, très contestées au Bénin.

Le Président Béninois Patrice Talon plie face à la vive contestation de sa décision de taxer les réseaux sociaux. L’annonce a été faite via le compte Twitter de la présidence béninoise, ce samedi 22 septembre. Entré en vigueur le 19 septembre, le décret instituant la taxe a été annulé par le pouvoir à la suite d’une rencontre entre le président béninois, les membres du gouvernement, les opérateurs de téléphonie mobile et l’autorité de régulation de la communication électronique du pays, l’ARCEP. Un communiqué officiel, publié quelques heures après le Tweet, justifie la décision de renoncer à la mise en œuvre du décret n°2018-341 du 25 juillet par une liste de dysfonctionnements occasionnés par l’application de la mesure.

Impact négatif sur les consommateurs

Les autorités de Porto-Novo stipulent que le prélèvement sur les offres de services concernés risque d’impacter négativement la consommation et d’occasionner d’énormes difficultés et perturbations techniques, et a déjà entraîné l’annulation des forfaits internet pour des milliers de consommateurs. L’autre raison évoquée est l’entrave à la démocratisation de l’internet portée par la vision du gouvernement, dans la mesure où la hausse des tarifs privera l’accès internet aux plus pauvres.

Les bases d’une taxation juste

En coordination avec les opérateurs GSM, les associations de consommateurs et les différentes parties prenantes, le Bénin veut mettre sur pied un comité pour définir les mesures appropriées en faveur d’une tarification juste et acceptable pour tous. Laquelle passera par un ajustement du système de tarification du secteur aux nouveaux usages et aux technologies numériques. Le gouvernement compte poursuivre son plan de réduction de la fracture numérique par le biais d’investissements massifs dans l’économie numérique, afin d’accroître la contribution du secteur du numérique à la croissance économique.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here