Tchad : pourquoi Idriss Déby a limogé son ministre des finances

0
102

Le chef de l’Etat tchadien Idriss Déby Itno, a limogé cette fin de semaine, son ministre des finances, Issa Mahamat Abdelmamout. Si aucune explication n’a été donnée pour justifier la décision du président, on peut soupçonner qu’elle est liée aux relations plutôt tumultueuses que le responsable entretenait avec certains membres du régime en place.

Issa Mahamat Abdelmamout n’est plus le ministre tchadien des finances. Le désormais ex-argentier du gouvernement tchadien a été limogé jeudi dernier par le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby Itno et remplacé dans la foulée par son secrétaire d’Etat, Mahamat Allali Abakar. Du décret de limogeage du ministre des finances et de nomination de son remplaçant on n’apprend aucune explication pouvant justifier la décision du numéro 1 tchadien. Cependant plusieurs observateurs estiment que le renvoie du ministre a à voir avec une suite de faits servant une publicité plutôt mauvaise au régime de N’Djamena qui doit sauver ces honneurs.

Mauvaise publicité

Nommé il y a seulement quatre mois dans une des pires crises socio-économiques voire politiques que traverse le pays, Issa Mahamat Abdelmamout n’a jamais vraiment été conforté dans son poste. A peine nommé le 7 mai dernier, l’ex-ministre a dû purger une suspension de ses fonctions que lui a infligé une mission au contrôle de l’Inspection générale d’Etat. Une décision que ses proches avaient interprété comme une attaque visant à l’empêcher d’être ministre. Dans le mois de juin qui a suivi, les fonctionnaires du ministère des Finances sont sortis pour protester contre sa politique de promotion qui selon eux, était en faveur des fonctionnaires qui n’appartiennent ni au corps des impôts, du Trésor ou des douanes. Une mauvaise publicité dont le gouvernement de Deby Itno aurait voulu se passer alors qu’il était sous le feu des critiques.

Pire, quelques semaines après son conflit avec les fonctionnaires, Issa Mahamat Abdelmamout a dû affronter le trésorier-payeur général, un proche du chef de l’Etat, suite à une tentative de retrait d’un montant d’un milliard des comptes du Trésor public. Il portera ensuite plainte indiquant que « sa signature a été imitée ». Alors que l’affaire est toujours instruite par la police, l’ex-ministre a déclaré en août dernier à la radio nationale qu’il était fatigué des pressions qu’exercent sur lui des généraux pour obtenir des faveurs. Toutes ces pressions ont-elles peut-être eu raison de lui !

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here