Célébration à  Bangui du 20ème anniversaire du statut de Rome sur la Cour pénale internationale

0
38


Bangui – Le greffier de la Cour pénale internationale (CPI), Peter Lewis, et la représentante des Etats africains au Conseil d’administration du Fonds au profit des victimes, Mama Koité Doumbia, et le Directeur du Fonds, Pieter De Baan, ont animé, jeudi 20 septembre 2018 à  Bangui, une conférence presse conjointe à  l’occasion de la célébration du 20ème anniversaire de l’adoption du statut de Rome sur le thème « je veux que le monde sache ».

Cette conférence de presse permet de mettre un accent particulier sur les victimes de certaines exactions et dire à  l’opinion centrafricaine et internationale que le monde a été dévasté et que beaucoup de personnes vivent sans justice, a souligné le greffier de la CPI.

Selon Peter Lewis, le statut de Rome a marqué un tournant décisif en matière de justice pénale internationale car les Nations-Unies ont créé une cour criminelle internationale et permanente et les pays présents à  Rome ont reconnu le rôle central que jouent les victimes et témoins dans le cadre des systèmes pénaux.

« C’est pour la première fois que les victimes ont le droit d’exprimer leurs opinions à  travers les représentants légaux devant la Cour. Ce qui pousse le système à  définir également des règles claires en matière de réparation des infractions pour un nouveau départ de la justice pénale internationale », a-t-il précisé.

Pour la représentante des Etats africains au Conseil d’administration du Fonds au profit des victimes, Mama Koité Doumbia, la célébration du 20ème anniversaire du statut de Rome est placée sous le signe de l’honneur des victimes dont le fonds est déjà  disponible pour servir à  plusieurs actions en leur faveur.

« Nous sommes une institution indépendante pour donner un espoir aux victimes et travailler en interaction avec la CPI. Nous avons commencé l’assistance en 2013, malheureusement, le changement politique intervenu n’a pas permis de continuer dans des conditions d’insécurité. Mais avec le retour à  la légalité constitutionnelle et la mise place des institutions de la république, nous avons décidé de reprendre les activités en vue d’aider la population victime », a-t-elle conclu.

Le fond a mis en place des programmes intégrés qui comprennent deux phases. Il y a d’abord le programme d’urgence qui va commencer dans un bref délai pour permettre de panser la plaie des victimes, ensuite, il y a un grand programme pluriannuel, pour aider au maximum les plus vulnérables, a indiqué Mama Koité Doumbia.

Il convient de noter que le texte du statut de Rome sur la Cour pénale internationale est celui du document distribué sous le code A/CONF.183/9, en date du 17 juillet 1998 et entré en vigueur le 1er juillet 2002 et que le Fonds au profit des victimes, créé en 2002, dispose de bailleurs qui contribuent une seule fois par an.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here