Togo  : les locales et le référendum fixés au 16 décembre, l’opposition appelle à de nouvelles manifestations

0
18

Les élections locales et le référendum pour décider des réformes institutionnelles et constitutionnelles au Togo, se tiendront le 16 décembre 2018. C’est ce qui est ressorti d’un échange entre la Commission électorale nationale indépendante et les partis politiques siégeant en son sein. Ces rendez-vous électoraux se tiendront ainsi à quatre jours des législatives programmées au 20 décembre 2018. Pendant ce temps, l’opposition traditionnelle qui proteste, a déjà lancé une manifestation pour exiger une autre option.

Au Togo, les multiples contestations et avertissements de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition au Togo (C14), n’ont pas empêché la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de poursuivre le processus électoral. Ce début de semaine, suite à une rencontre d’échange et de travail avec les partis politiques représentés en son sein, l’institution en charge des élections a annoncé que les élections locales seront couplées avec le référendum (pour décider des réformes institutionnelles et constitutionnelles) au 16 décembre 2018. Ainsi, comme le confirme le président de la Céni, Kodjona Kadanga, ces rendez-vous électoraux se tiendront à quatre jours des élections législatives prévues pour le 20 décembre 2018.

L’opposition proteste et annonce des manifestations

Afin de respecter ce chronogramme électoral, la Céni a également annoncé que les opérations de recensement électoral devront se tenir dans la 1ère zone, du 1er au 8 octobre 2018 et dans la seconde zone, du 17 au 24 octobre 2018. Elles permettront une mise à jour du fichier électoral afin de garantir une élection crédible et réussie, a précisé une source interne de la Céni.

Mais cette « avancée » de la Céni n’est pas du goût de la C14 qui dénonce des manœuvres « contraires à la volonté du peuple togolais ». Pour se faire entendre, elle prévoit déjà des manifestations sur toute l’étendue du territoire national y compris les grandes villes de l’intérieur dont Dapaong, Mango, Kara et Sokodé, les 22 et 23 septembre prochains. Dans un courrier envoyé au ministre togolais de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, la C14 a indiqué que cette série de meeting est destiné à « exiger la mise en œuvre des mesures d’apaisement, notamment la libération de tous les prisonniers politiques,  le retour des exilés et déplacés, la levée de l’état de siège dans certaines villes et l’arrêt immédiat des persécutions, des arrestations, des poursuites, des violences à l’encontre des militants et dirigeants des partis politiques de l’opposition ainsi que ceux des organisations de la société civile ». La note précise que la démarche de la C14 vise également à « exiger l’arrêt immédiat de l’organisation unilatérale des législatives par une Céni aux ordres et décriée par le peuple togolais tout entier ».

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here