Ouverture officielle de l’atelier de validation des textes d’application de la loi sur la parité homme-femme

0
8


Bangui – La ministre de la Promotion de la femme, de la Famille, et de la Protection de l’Enfant, Aline Gisèle Pana, a présidé, jeudi 13 septembre 2018 à  Bangui, la cérémonie d’ouverture officielle de l’atelier de validation des projets de décret d’application de la loi sur la parité et du décret portant création, organisation et fonctionnement de l’observatoire national de la parité en République Centrafricaine.
L’objectif est de valoriser les caractéristiques sociales qui donnent une direction à  la vie et influencent la manière de se comporter et de communiquer, indiquent les organisateurs.

« la République Centrafricaine a ratifié plusieurs conventions, accords et protocoles internationaux relatifs aux droits de l’Homme et des peuples, en général, et ceux visant particulièrement les droits des femmes », a rappelé le membre du gouvernement.

Selon Aline Gisèle Pana, l’organisation de cet atelier de validation « est une étape déterminante non seulement pour le Gouvernement mais pour toute la population centrafricaine qui doit s’engager pour la parité 50/50 ».

Pour la ministre de la Promotion de la Femme,  » la République Centrafricaine, à  l’instar des autres pays du monde, vient d’adopter la loi instituant la parité entre les hommes et les femmes dans la perspective, d’une part, de lutter contre toutes les formes de discrimination basées sur le sexe et, d’autre part, d’une équitable représentativité des femmes dans la société. »

 » C’est dans cette optique que l’Assemblée nationale de la République Centrafricaine a adopté la loi instituant la parité entre les hommes et les femmes promulguée par le chef de l’Etat », a-t-elle rappelé.
Il est à  noter que la ministre de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant a exhorté les participants à  apporter leurs contributions pertinentes à  l’amélioration de ces projets de décret.

Promulguée le 24 novembre 2016 par le Président de la République Centrafricaine Faustin Archange Touadéra, après son adoption par l’Assemblée nationale, la loi instituant la parité en République Centrafricaine impose un quota d’au moins 35% de représentation pour les femmes « à  des postes nominatifs et électifs tant au niveau du secteur public que du secteur privé . »

Pour veiller au respect de ces dispositions, la loi prévoit la création d’un « Observatoire national de parité homme/femme » dont la mission est « d’impulser le principe de la parité auprès de structures de formation » ainsi que « le suivi et évaluation périodique de la mise en œuvre de la présente loi. « 

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here