Centrafrique : Les députés exigent et obtiennent des russes, les explications sur la rencontre de Khartoum

0
120


Ce jeudi 6 septembre 2018 a eu lieu une table ronde, à  l’hôtel Ledger Plazza à  Bangui, entre le Conseiller spécial russe du Chef de l’Etat, Valery Zakharov et les députés. Au centre, la rencontre à  Khartoum au Soudan, initiée par la Russie à  l’intention de certains leaders des groupes armés centrafricains.

Ils étaient près d’une vingtaine, les Elus de la Nation conviés par le Conseiller spécial russe du Président de la République, à  participer à  cette réunion de débriefing. Globalement, ce sont des interrogations suscitées par la rencontre du 28 aoà»t dernier entre les chefs rebelles sous initiative russe qui ont constitué le socle du débat. Autrement dit, les députés ont bien voulu avoir le cœur net sur les enjeux de cette rencontre de Khartoum.

Pourquoi une rencontre des leaders de groupes armés à  Khartoum, alors que l’Union africaine dirige parallèlement une Initiative similaire ? Pourquoi la Russie a privilégié quatre leaders de groupes rebelles sur quatorze ? Quel lien entre l’Initiative africaine et l’initiative russe ? A quoi doit déboucher finalement l’initiative russe ?… Autant de préoccupations auxquelles Valery Zakharov, Conseiller spécial russe du Président Touadera a donné des réponses satisfaisantes.

« En tant que députés, nous avons été informés, nous nous posions les questions mais aujourd’hui, à  travers cette rencontre, tous les points sont débattus et certains détails nous ont été donnés. C’est à  nous maintenant d’informer certains de nos collègues, les populations que nous représentons », a résumé l’honorable Jean-Symphorien Mapenzi, premier vice-président de l’Assemblée nationale, à  l’issue du huit-clos avec le conseiller du Chef de l’Etat.

En bref, Zakharov a rassuré les Elus de la nation que l’initiative de Khartoum participe et vient en appui à  cette de l’Union africaine dans une approche de complémentarité. Pour ce qui est des revendications de ces leaders de groupes armés, Zakharov a fait savoir qu’il a été clair avec ces derniers au sujet des désidératas du peuple centrafricain, surtout en ce qui concerne l’impunité zéro et l’exigence du déploiement de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire… parlant du dernier aspect, le Conseiller du chef de l’Etat a indiqué que les groupes armés ont au maximum douze (12) mois pour l’aligner dans le processus de paix. « Ils n’ont que deux choix : adhérer au processus de paix ou quitter le territoire », a-t-il martelé.

Les députés étaient tous unanimes pour reconnaitre que la présence russe a rétabli la sécurité dans le pays, à  l’image de l’honorable Serge Singha Bengba, député de Bangassou : « La ville de Bangassou, ma circonscription, a retrouvé la stabilité grâce au déploiement des FACA. C’est pour un moment de remercier la Fédération de la Russie qui a appuyé le gouvernement, en équipement militaire et formation, pour que les FACA puissent arriver à  Bangui afin d’assurer la sécurité de la population. Donc, pour moi, c’est une forme de reconnaissance vis-à -vis du gouvernement et de la Fédération de Russie mais aussi vis-à -vis de la Minusca ».

D’autres députés, à  l’image de celui de Bria, qui n’ont pas encore vu le déploiement des FACA dans leur contrée, formulent le vœu ardent de voir leur armée intervenir pour arrêter l’hémorragie.

La prochaine rencontre à  Khartoum est prévue dans trois mois.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here