Madagascar : candidat à sa propre succession, le président Rajaonarimampianina démissionne

0
44

Par respect de la Constitution qui veut que le président de la République candidat à sa propre succession quitte ses fonctions 60 jours avant les élections présidentielles, Hery Rajaonarimampianina a annoncé sa démission vendredi soir.

Il l’annonçait déjà la semaine dernière. Aujourd’hui c’est chose faite. Le président malgache Hery Rajaonarimampianina quitte le palais présidentiel, a-t-il annoncé vendredi soir lors de son discours à la nation.

« Le temps est venu pour moi de déposer ma démission selon la Constitution qui l’exige au président en exercice soixante jours avant l’élection présidentielle », a-t-il déclaré.

Dans son article 46, alinéa 2, la Constitution exige que « Le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel ». Il y a quelques jours, la Haute Cour constitutionnelle publiait sa décision sur le constat de la vacance de la présidence de la République, désignant le président du Sénat, Rivo Rakotovao, président de la République par intérim.

Candidat pour la «continuité» et la «stabilité» du pays

Au pouvoir depuis le 24 janvier 2014, Hery Rajaonarimampianina aura dirigé le pays pendant 4 ans, 7 mois et 13 jours. Un mandat qu’il souhaite pouvoir renouveler, tout en se montrant très confiant pour la suite.

«Il y a 5 ans, j’ai fait la promesse de diriger notre pays et on a commencé à écrire une histoire. Une histoire qui va être prolongée puisque c’est votre souhait ! […] Je viens de déclarer ma candidature à l’élection présidentielle, tout cela pour la continuité, pour la stabilité à la fois économique et politique [du pays]», a-t-il déclaré pendant son allocution.

L’élection présidentielle aura lieu le 7 novembre. Dans cette course, le président sortant devra affronter une trentaine de candidats, dont les anciens présidents Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Andry Rajoelina. Ce dernier d’ailleurs, dans une interview accordée à La Tribune Afrique en mai dernier, se disait mieux «préparé» qu’en 2009. «Les choses qui n’ont pas pu être réalisées depuis l’indépendance, nous allons les matérialiser», déclarait-il. Le match s’annonce serré !

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here