Centrafrique : le chinois CGGC désigné pour construire le barrage hydroélectrique de Boali 2

0
52

Pour la construction du barrage hydraulique de Boali 2, situé à 105 km de Bangui, les autorités de la République centrafricaine ont décidé de faire confiance à la société China Gezhouba Group Corporation. Un accord portant sur ce projet a été signé cette de semaine entre la société chinoise et le gouvernement centrafricain à Pékin en Chine.

Plusieurs contrats ont été signés cette semaine entre des sociétés chinoises et des Etats africains, à l’occasion du 3ème sommet du Forum Chine-Afrique qui a démarré lundi dernier. C’est le cas d’un accord signé entre la République centrafricaine (RCA) et la société China Gezhouba Group Corporation (CGGC) portant sur la construction du barrage hydraulique de Boali 2, à 105 km de la capitale, Bangui. D’après le ministre centrafricain de l’économie et du plan, Félix Moloua, qui a signé les documents de l’accord avec le groupe chinois, ce barrage permettra d’améliorer la fourniture et l’accès à l’électricité aux populations centrafricaines.

A terme, l’ENRCA, la société publique en charge de la production et la distribution de l’électricité en RCA, disposera de 5 mégawatts de plus à fournir afin de faire face aux multiples problèmes d’approvisionnement en courant électrique du pays. A ce propos, indique-t-on, le projet bénéficiera d’un appui de 8 milliards de francs CFA de la Banque africaine de développement (BAD), sous forme de prêt.

Ce n’est pas la première fois que le groupe CGGC remporte un contrat en RCA. Le géant chinois s’occupe actuellement de la construction du nouveau siège de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) à Bangui. Groupe publique chinois, il est très connu en Afrique dans divers domaines. Notamment la conception, l’achat, l’exécution et l’investissement des projets d’ouvrage hydraulique, l’hydroélectricité, l’électricité thermique, l’électricité nucléaire et éolienne, l’installation électromécanique, la transmission et la distribution d’électricité ainsi que les infrastructures.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here