fbpx
lundi, novembre 19, 2018
Accueil Actualités Centrafrique : « La rupture n’a pas encore lieu dans le pays...

Centrafrique : « La rupture n’a pas encore lieu dans le pays » selon Maxime Nana

0
119

BANGUI, le 4 Septembre 2018(RJDH)—Maxime Nana, membre de la coordination du mouvement politique Coordination pour la Rupture et la Refondation de la Centrafrique a dans un entretien accordé au RJDH noté que la rupture n’a pas encore lieu avec Faustin Archange Touadera. Position exprimée hier 3 septembre à Bangui.

Elu sur la base de la rupture, les premiers pas de Faustin Archange Touadera ne rassurent pas la Coordination pour la Rupture et la Refondation de Centrafrique. Selon Maxime Nana « Faustin Archange Touadera a tenu de très bon discours lors de son intronisation le 30 Mars 2016 et le lendemain il a nettement fait le contraire. J’en veux pour preuve, la nomination des groupes armés à son cabinet et au gouvernement » a déploré le membre exécutif de la Rupture et de la Refondation.

Selon Maxime Nana, la rupture prônée par cette coordination est fondée sur des valeurs et axées sur l’économie, l’éducation et une politique axée sur le résultat « il faut mettre de l’accent sur l’éducation pour permettre aux centrafricains de respecter l’orientation religieuse de son prochain, créer les conditions économiques pouvant mobiliser les jeunes à ne pas voir les  armes comme un projet d’avenir et développer l’agriculture en mettant de côté la question du DDRR qui ne marche toujours pas » a-t-il étalé comme plan ambitieux qui repose essentiellement sur une politique décentralisée des pouvoirs de l’Etat.

La coordination qui prône la rupture et la refondation tient à préciser que la rupture était son cheval de batail depuis 2015 alors que Touadera l’a épousé seulement  qu’en entre deux tours des élections. Ce mouvement crée en France est reconnu dans le pays  en 2017.

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here