Le Gabon obtient 180 millions d’euros de la Chine pour sa centrale hydroélectrique FE2

0
41

La Chine investira 180 millions d’euros dans le projet hydroélectrique FE2 gabonais. A l’arrêt depuis 2013, faute de financement, la construction de la centrale hydroélectrique gabonaise devrait redémarrer dans les prochains mois. Un des composants du programme de diversification économique de ce pays d’Afrique centrale, le projet vise à améliorer la capacité de fourniture d’électricité.

D’une capacité initiale de 70 mégawatts, le projet FE2 prévu dans la région nord du Gabon, bénéficiera des investissements chinois dans le cadre d’un partenariat public-privé entre la société d’énergie chinoise TBEA et le Fonds d’investissement stratégique gabonais. A l’arrêt depuis plusieurs années, le chantier de la centrale hydroélectrique de FE2, sur la rivière Okano à Mitzic, devrait redémarrer «bientôt» selon Liban Soleman, responsable du Bureau de coordination et de planification pour un Gabon émergent. Plusieurs phases de déploiement ont été identifiées par le responsable Gabonais, qui, s’est s’exprimé en marge du Forum sur la coopération Chine-Afrique prévu du 03 au 04 septembre à Pékin, la capitale Chinoise.

Un projet vital

L’annonce ressuscite l’espoir de solder définitivement les problèmes d’électricité de ce pays d’à peine 2 millions d’habitants conformément aux promesses des instigateurs du projet. Les travaux liés à la construction de la centrale sur les chutes de l’Okano pourraient démarrer dans les prochains mois, après des années d’incertitude autour du projet pourtant vital pour le développement socio-économique gabonais. En d’autres termes, la réalisation du projet hydroélectrique FE 2 à Mitzic a toujours été annoncée comme une priorité par les autorités de Libreville, qui y voient un moyen d’approvisionner en énergie la province du Woleu-Ntem et des localités du Moyen-Ogooué et de l’Estuaire.

L’investissement de TBEA, une entreprise privée impliquée dans l’énergie éolienne en Chine et dans l’énergie solaire dans d’autres pays comme le Pakistan, se fera sous forme d’investissements directs, a annoncé le groupe sur sa plateforme. En dehors de ce projet, le Gabon reste une destination privilégié des IDE chinois selon Soleman qui estime que :

«Il y a beaucoup d’investissements étrangers directs au Gabon de la part d’entreprises chinoises».

Parmi les investissements chinois récents au Gabon, celui progressif de 50 millions de dollars à 100 millions de dollars de la société Jiangsu Wanlin Modern Logistics Co. La compagnie a entamé la construction d’une usine de fabrication de meubles de haute qualité à Libreville, la capitale. Les échanges commerciaux entre les deux pays qui devraient s’améliorer dans les prochaines années ont été au menu de la rencontre entre le président Gabonais Ali Bongo et son homologue Chinois Xi Jinping, le samedi 01 septembre.

Le Gabon un pays riche et convoité

Rappelons que le Gabon est un pays riche et convoité. Membre de l’OPEP et doté d’une capacité de production d’environ 200 000 barils de pétrole brut par jour, le pays est aussi l’un des plus gros producteurs de manganèse au monde. Mais il travaille dès à présent à instaurer un mix énergétique pour réduire sa dépendance aux hydrocarbures. Le Gabon tente aussi de diversifier son économie, qui devrait croître d’environ 2,2% cette année, a déclaré Soleman, également responsable de l’Agence nationale de promotion des investissements du Gabon.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here