Centrafrique : 400 nouveaux soldats formés par les instructeurs

0
16


Le troisième volet de formation des Forces armées centrafricaines (Faca) s’est achevé le 4 aoà»t à  Bérengo, au sud-ouest de Bangui, la capitale du pays. Une formation de trois mois au maniement des armes qui s’inscrit dans le cadre de la reconstruction de l’armée nationale.

Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, a rehaussé de sa présence la cérémonie de fin de formation de la deuxième promotion de quatre cents soldats initiés au maniement d’armes et aux techniques de combat. Il voit ainsi se réaliser son rêve, celui de doter son pays d’une armée de projection.

« Ce qui est un fait important, c’est que dans cette formation, il y a aussi les deux cents éléments qui ont été dans le DDR pilote. Aujourd’hui, ils ont réintégré l’armée nationale et ils sont formés au même titre que tous les autres. Notre vision c’est de construire une armée républicaine, apolitique, représentative », a indiqué le chef de l’Etat centrafricain, se disant fier de cette armée en reconstruction.

Signalons que l’armée centrafricaine manque de matériel, notamment d’armes et de munitions. Le pays est aujourd’hui sous embargo mais les Russes ont obtenu une dérogation auprès du Conseil de sécurité de l’ONU.

Au total, mille deux cents soldats des Faca seront formés pendant deux mois par des instructeurs russes pendant que d’autres sont entraînés par la mission européenne. Mais pour le président Touadéra, ce n’est pas suffisant. « Ce n’est pas encore ça. Ces éléments ont beaucoup de difficultés parce que nous n’avons pas encore les ressources pour leur donner tout ce qu’il faut. Mais petit à  petit, avec le soutien de nos amis (…) il y a de la place pour tout le monde. Il y a nos forces de sécurité intérieures qui ont besoin d’équipement, de formation. Aujourd’hui c’est un pas, ce sont quatre cents éléments, c’est encore insignifiant, il faut poursuivre », a-t-il estimé.

La restructuration de l’armée centrafricaine est une recommandation de la communauté internationale. Après la prise du pouvoir par la coalition rebelle de la Seleka en 2013, occasionnant la descente en enfer des Faca et de toutes les administrations de l’Etat, le Conseil de sécurité de l’ONU a imposé l’embargo sur les armes en destination de la République centrafricaine. Il a exigé au gouvernement centrafricain la restructuration des Forces armées nationales aux normes internationales.

A cet effet, l’Union européenne a dépêché des missions de conseil et de formation, entre autres, l’EUTM-RCA qui a déjà  recyclé deux bataillons des Faca. Avec le retour en force de la Russie dans ce pays, l’armée centrafricaine commence à  redorer son blason à  travers la dotation en outils militaires et des formations.

La première génération de soldats centrafricains formés par des instructeurs russes, composée de deux cents éléments Faca, était sortie en mars 2018, et la seconde composée de quatre cents éléments est officiellement sortie du camp de formation de Béréngo, le 30 mai.

Yvette Reine Nzaba

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here