Gabon : « Face à la Nation », Ali Bongo répondra en direct aux questions des Gabonais

0
7

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba va se soumettre le 19 août prochain à une séance de questions-réponses avec son peuple. L’activité prendra la forme d’une interview sur une chaîne télé durant 120 minutes, a annoncé la Direction de la communication présidentielle qui a ajouté que les questions seront récupérées sur Facebook, lors des micros-trottoirs et proviendront également des citoyens présents sur le plateau.

Ali Bongo Ondimba a choisi d’innover pour le 58è anniversaire de l’indépendance de son pays (17 août). Pour marquer l’événement, le chef de l’Etat gabonais répondra aux questions de son peuple. D’après la Direction de la communication présidentielle (DCP) qui a apporté l’information, en la date du 19 août prochain, le numéro 1 gabonais répondra aux questions de ses compatriotes au cours d’une émission intitulée « Face à la Nation », d’une durée de 120 minutes.

« Le président gabonais répondra, en direct, aux questions de ses compatriotes dans un format plus interactif que celui des années précédentes et qui illustre la dynamique dans laquelle il est lancé », a communiqué la DCP. Ce bureau a précisé que cette interview s’articulera autour de trois volets (social, économique et politique), et que les questions seront posées via Facebook, à travers des micros-trottoirs et sur le plateau par les citoyens présents.

Gagner en popularité ou tout perdre, un jeu risqué

Même si on apprécie cette initiative du chef de l’Etat gabonais, plusieurs observateurs estiment cependant qu’il prend un très gros risque qui peut soit lui ouvrir les grâces du peuple, soit les lui fermer définitivement. Selon certains, Ali Bongo a besoin d’établir ce contact direct avec les Gabonais pour leur rendre compte de l’évolution des projets et des actions engagés alors que le pays connait une crise socio-économique et financière. « Si le Président se montre très à l’aise sur les divers sujets, se montre maître de la situation et répond aux questions comme un chef d’Etat doit le faire, s’il se montre intraitable et il pourrait rallier beaucoup de personne à sa cause », laisse entendre un observateur sur les réseaux sociaux.

Mais alors que sa victoire face à Jean Ping en août 2016 est toujours contestée et qu’il fait l’objet de plusieurs critiques acerbes, parfois dans son propre camp, le président gabonais pourrait par contre, perdre gros s’il titube sur les questions. « Il aura montré pour ainsi dire, une faiblesse et une non-maitrise des sujets, et donc qu’il n’est pas maître de la situation. L’interview sera alors un échec qui se retournera contre lui », a poursuivi notre source.

A quelques mois des législatives déjà deux fois reportées, et qui sont programmées en octobre prochain, Ali Bongo Ondimba ne peut pas se permettre cet échec face au peuple. Avec son équipe, ils en ont sûrement conscience et prépareront âprement ce rendez-vous spécial.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here