Cameroun : exonérations fiscales contre investissements, sept conventions signées

0
4

Une série de conventions a été signée cette semaine entre l’Agence de promotion des investissements au Cameroun et des sociétés des domaines de l’hôtellerie, de l’agro-alimentaire ou encore de l’agroforesterie. En contrepartie d’exonérations fiscales pour leurs activités, ces entreprises vont investir près de 74 milliards de Fcfa dans le pays.

74 milliards de francs CFA, c’est le montant global d’investissements qui sont attendus au Cameroun dans les domaines de l’hôtellerie, de l’agro-alimentaire, de l’agroforesterie et de l’industrie pharmaceutique. Cette semaine, l’Agence de promotion des investissements (API) a signé sept conventions avec des opérateurs économiques évoluant dans ces domaines.

Grâce à ses accords, les investisseurs pourront bénéficier des dispositions de la loi de 2013 sur les incitations à l’investissement privé en République du Cameroun. Ainsi se verront-ils accorder un accompagnement avec un système simplifié et allégé des procédures fiscalo-douanières pendant dix ans dans leur phase d’installation et de production, comme le prévoit la loi.

Ces conventions sont présentées comme des accords gagnant-gagnant. Ces investissements à hauteur de 74 milliards de francs CFA dont il est question, généreront plus de 4.000 emplois directs et plus de 10.000 emplois indirects. Se réjouissant de la signature de ces conventions, la directrice générale de l’API, Marthe Angéline Minja, a invité d’autres investisseurs à poser leurs valises au Cameroun. « Par la signature de ces conventions, nous démontrons que le Cameroun reste une destination privilégiée par des investisseurs tant nationaux qu’étrangers parce que dans le contexte actuel avoir des investisseurs qui continuent de se bousculer à notre porte c’est significatif », a-t-elle déclaré.

Notons que depuis l’entrée en vigueur de la loi incitative aux investissements au Cameroun à ce jour, 164 conventions ont été signées. Elles ont permis des investissements de près de 3.600 milliards de francs CFA pour environ 60.000 emplois générés.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here