Centrafrique : Session Criminelle, Ahamat Markani condamné aux travaux forcés à  perpétuité

0
64


Le négociant français en bois Rougier a annoncé jeudi la vente des filiales de sa branche Afrique en redressement judiciaire, au Cameroun et en Centrafrique. Cette annonce retient l’attention des médias qui commentent l’actualité centrafricaine sur le Net.

Slateafrica.fr mentionne que les quatre entreprises, filiales de Rougier Afrique International, ont été acquises par la société camerounaise Sodinaf (Société de distribution nouvelle d’Afrique) pour un montant non divulgué. « Cette opération permet au groupe de rationaliser son portefeuille d’activités, a justifié Rougier, qui estime pouvoir ainsi poursuivre son recentrage géographique dans de meilleures conditions », lit-on sur Slateafrica.fr.

Tandis que cameroonweb.com souligne que le groupe Rougier avait alors expliqué « faire face à  des difficultés persistantes au Cameroun », évoquant « l’engorgement chronique du port de Douala -en raison de son ensablement-, qui a profondément perturbé les activités des filiales camerounaise, congolaise et centrafricaine ».

Sur cette affaire, rfi.fr s’interroge si la Sodinaf « va-t-elle garder tout le personnel des sociétés qu’elle vient d’acquérir ? » Avant cette session, le groupe français comptait 3 000 employés, dont la plupart sont en Afrique.

Le quotidien indique que « Rougier ne quitte pas totalement le continent, il garde ses filiales gabonaises. Et pour fonctionner, sa filiale française d’importation Rougier Sylvaco Panneaux, qui dispose de sa propre autonomie économique et financière, aura toujours besoin du bois venu d’Afrique ».

Et, Face aux difficultés Rougier se déleste de filiales, titre lanouvellerepublique.fr tout en indiquant que le tribunal de commerce prolonge sa période d’observation.

Source : abangui.com

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here