Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle les groupes armés de Centrafrique à  s’impliquer dans le processus de paix

0
32


Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé vendredi les groupes armés en République centrafricaine à  cesser les hostilités et à  s’engager dans le processus de paix à  l’issue d’une série de violences contre des civils, des forces de paix et des travailleurs humanitaires.

Le Conseil de sécurité a fait savoir dans un communiqué qu’il « appelle les groupes armées, à  Bangui et dans le reste du pays, à  cesser toute forme de violence, d’activités de déstabilisation et de restriction à  la liberté de circulation des habitants, à  déposer les armes et à  s’engager immédiatement et sans condition dans le processus de paix ».

Il a également appelé les autorités centrafricaines à  poursuivre le dialogue avec les groupes armés et à  promouvoir la réconciliation nationale, l’extension de l’autorité de l’État, la réforme du secteur de la sécurité et la lutte contre l’impunité.

Sur la réforme du secteur de la sécurité en particulier, le conseil a appelé à  mettre en œuvre la réforme visant à  mettre en place des forces de sécurité intérieure et de défense nationale multiethniques, professionnelles, représentatives et bien équipées.

De plus, le conseil a exprimé sa vive préoccupation à  l’égard de la situation humanitaire en Centrafrique, où près de la moitié de la population a besoin d’aide humanitaire.

La République centrafricaine est plongée depuis 2012 dans une guerre civile en lien avec les différences ethniques et religieuses. L’Union africaine parraine un processus de paix dans ce pays, mais avec peu de progrès.

Depuis février, la Centrafrique a été le théâtre d’embrasements de violence dans tout le pays, et des groupes armés continuent d’exercer une influence négative sur de vastes pans du territoire, selon le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU dans ce pays, Parfait Onanga-Anyanga.

Le représentant a également mis en garde que la situation humanitaire dans ce pays restait terrible. Plus de 688 000 personnes ont été déplacées à  l’intérieur du pays, et 568 000 autres sont réfugiées dans des pays voisins. Les attaques contre les travailleurs humanitaires font de la Centrafrique l’un des environnements humanitaires les plus meurtriers au monde.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here