Centrafrique : le financement de la Banque mondiale dépasse les promesses de Bruxelles de novembre 2016

0
95


Le financement de 500 millions de dollars promis par la Banque mondiale (BM) en faveur de l’économie centrafricaine lors de la table ronde des bailleurs de fonds de la République centrafricaine (RCA) à  Bruxelles en novembre 2016 est aujourd’hui largement dépassées, a appris Xinhua vendredi de la représentation de la BM en RCA.

Lors de la revue semestrielle des programmes financés par la Banque mondiale, le responsable des opérations de la banque en RCA, Robert Bou Jaoude, a signalé que ce financement est passé de 500 millions de dollars à  600 millions, sans compter les financements additionnels, qui ont tous pour objectif l’amélioration des conditions de vie des populations.

« Le portefeuille des projets de la Banque mondiale est passé de 3 projets en 2016 à  12 aujourd’hui », a déclaré M. Bou Jaoude.

Les financements de la Banque mondiale, selon M. Bou Jaoude, touchent principalement les secteurs de la paix, des infrastructures, de l’énergie, de la santé et de l’éducation, en rapport avec le Plan national de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA), une sorte de budget consensuel du gouvernement et des partenaires pour la période 2017-2021.

Partant, la Banque mondiale soutient la réintégration socio-économique de plus de 5.000 ex-combattants ainsi que les communautés d’accueil. 190.000 personnes forcées à  se déplacer, dont 50% de femmes, bénéficient d’un projet d’appui.

Dans le domaine de l’intégration régionale, la Banque mondiale a financé les travaux d’aménagement du tronçon Baoro-Bouar (ouest) réalisés au mois de mars dernier. Ce qui devrait favoriser les échanges commerciaux avec le Cameroun et les autres pays de la sous-région d’Afrique centrale.

Dans le même ordre d’idée, la Banque mondiale a facilité la construction, il y a deux mois, d’un ouvrage de franchissement de 45 mètres sur le cours de la rivière Bamingui (nord-est), permettant aux populations du nord d’accéder aux centres urbains, aux services sociaux et aux marchés locaux.

Grace au projet Londo (debout dans la langue nationale), financé par la Banque mondiale, 26.000 bénéficiaires, dont 35% de femmes, ont entretenu 1.500 kilomètres de routes prioritaires qui relient les communautés aux services sociaux et commerciaux essentiels.

Intervenant dans le domaine de l’énergie, la Banque mondiale a également financé des travaux de construction d’une usine de production d’électricité de 25 mégawatts et l’amélioration du réseau de transport et de distribution.

La contribution de la Banque mondiale dans le domaine forestier et minier, à  hauteur de 10 millions de dollars, vise à  améliorer la transparence et à  augmenter les recettes publiques de l’Etat.

Dans les secteurs sociaux, santé, agriculture et éducation, la Banque mondiale a déboursé plus de 71 millions de dollars, sans compter les appuis budgétaires destiné à  soutenir les finances publiques.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here