Les obsèques officielles du contrôleur général de police Louis Mazangué ont eu lieu à  Bangui

0
59


Bangui, (ACAP)- Le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, a déposé, vendredi 13 juillet 2018 à  Bangui, une gerbe de fleurs sur le cercueil du contrôleur général de la police, Louis Mazangué, décédé le 4 juillet dernier à  Bangui des suites de maladie, à  l’âge de soixante quatorze ans.

Préalablement à  cela, le ministre de l’Intérieur chargé de la Sécurité publique, Henri Wanzet-Linguissara, a élevé à  titre posthume le regretté Louis Ferry Mazangué au grade d’officier de la police dans l’ordre de la reconnaissance centrafricaine.

L’oraison funèbre de l’ancien directeur de l’Office central de répression du banditisme retient que ce dernier a suivi plusieurs formations et s’est spécialisé en éducation civique à  Bucarest, en Roumanie, en sécurité publique à  Lyon, en France, en sà»reté de l’Etat à  l’académie de police du Caire, en Egypte, en brigade de recherche et d’intervention du banditisme et enfin en filature à  Marseille, en France.

Dans sa carrière administrative, feu Louis Mazangué a notamment occupé les postes de directeur de la sécurité impériale, directeur du réseau centrafricain de renseignement, commissaire de police à  Bangui comme à  l’intérieur du pays, directeur de l’Office centrafricain de répression du banditisme (OCRB) de 2003 à  2005, directeur général de la garde présidentielle de 2005 à  2010 et préfet du Haut-M’Bomou avant de faire valoir ses droits à  la retraite en 2016.

L’oraison funèbre note également que cet officier jugé talentueux et dynamique a obtenu 3 distinctions honorifiques, à  savoir notamment la médaille de chevalier du mérite centrafricain, la médaille d’honneur de la police centrafricaine puis la médaille des armées des actes de courage et dévouement en France.

Il ressort des nombreux témoignages rendus lors de ses obsèques qu’il était un travailleur infatigable, un formateur, un sportif, un patriote qui aime la rigueur, ce qui lui valut d’être considéré comme son idole par le ministre Henri Wanzet-Linguissara, pour qui tous les Centrafricains devraient lui être reconnaissant pour avoir diminué le taux de banditisme à  Bangui à  un moment de son histoire.

Il convient de signaler qu’âgé de 74 ans, l’ancien directeur de l’OCRB, laisse derrière lui une veuve 11 enfants, 22 petits-enfants et 4 arrières petits-enfants.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here