Cameroun : Paul Biya officialise sa candidature pour un 7e mandat de sept ans

0
13

Le président camerounais a officialisé, ce vendredi 13 juillet, sa candidature pour un 7e mandat de sept ans. A 85 ans et en poste depuis 1982, Paul Biya pourra donc théoriquement rester en poste jusqu’en 2025. Hasardeuse coïncidence, l’annonce de la candidature a été faite à quelques heures de l’audience qu’il va accorder au président de la Commission de l’UA !

Il a fait longtemps planer le suspense au point où certains de ses compatriotes ont commencé à se douter s’il compte vraiment se représenter encore ! Et ça sera le cas puisque Paul Biya vient d’annoncer sa candidature à la présidentielle du 7 octobre prochain, quelques instants avant de recevoir en audience dans son palais d’Etoudi, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki-Mahamat, en visite de travail à Yaoundé. Le chef de l’Etat camerounais en a fait l’annonce ce vendredi 13 juillet à travers un communiqué avant de relayer l’information sur les réseaux sociaux. « Chers compatriotes du Cameroun et de la diaspora, conscient des défis que nous devons ensemble relever pour un Cameroun encore plus uni, stable et prospère, j’accepte de répondre favorablement à vos appels pressants. Je serai Votre Candidat à la prochaine élection présidentielle » a-t-il tweeté.

A 85 ans et en poste depuis 1982, Paul Biya, qu’on disait un temps trop affaibli par la maladie, va rempiler pour un 7e mandat de sept ans. Car comme sa candidature ne faisait aucun mystère, la victoire du candidat du RDPC à l’issue du scrutin du 7 octobre prochain ne fait aucun doute malgré la multitude d’autres candidatures déjà annoncées.

Défis politiques et sécuritaires

La candidature du président Paul Biya intervient dans un contexte assez particulier. Le pays, l’une des principales économies de l’Afrique centrale, fait face à de nombreux défis de tout ordre. Alors que le pays n’est pas encore sorti de la crise économique provoquée par la baisse des cours du pétrole puis par la suite du cacao, le Cameroun fait face depuis quelques temps à une double crise sécuritaire. Au nord à la frontière avec le Nigéria et le Tchad avec les attaques récurrentes de la secte Boko Haram, et au sud-ouest avec la crise qui affecte les régions anglophones et les velléités séparatistes de plusieurs mouvements armés. C’est particulièrement cette dernière situation qui est devenue, ces derniers temps assez inquiétante, au regard de l’ampleur que prennent les revendications et surtout la montée en puissance militaire des séparatistes. Quelques heures avant l’annonce de la candidature du président, le cortège du ministre de la défense qui éffectuait une mission d’inspection sur ordre du chef de l’Etat, a été attaquée à deux fois par des individus armées

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here