Avec une nouvelle agence dédiée, le Zimbabwe veut conquérir l’espace

0
13

Le début d’une marche pour intégrer le cercle des nations spatiales africaines? Un effet d’annonce démagogique pour grappiller plus de voix dans une élection dont il est le grand favori. Ce mardi Emmerson Mnangagwa a annoncé la création de la première agence spatiale du Zimbabwe. Si le successeur de Robert Mugabe lui assigne des missions de lancement des satellites d’observation, la nouvelle agence spatiale zimbabwéenne pourrait être un formidable outil pour la conquête de l’espace et de la fierté des zimbabwéens. Détails.

Agence nationale géospatiale et spatiale du Zimbabwe (ZINGSA, acronyme anglais). Depuis ce mardi 10 juillet, lorsqu’Emmerson Mnangagwa l’a annoncé dans le cadre de son programme de modernisation et d’industrialisation de la Vision 2030, c’est devenu le bras spatial du Zimbabwe. A quoi peut bien servir cette agence nouvellement créée dans le domaine spatial?

La ZINGSA va se charger du programme national de lancement de satellites et d’engins sans pilote, essentiellement d’observation, dans l’espace afin de fournir des données sur la navigation, l’hydrographie, la géologie et l’hydrographie. Les données transmises vont servir à améliorer les performances agricoles, l’exploration minière, la surveillance de la santé, de la faune ou de l’écologie.

« Ce programme devrait améliorer les capacités du Zimbabwe dans les discours politiques mondiaux sur la génération, l’accès, l’utilisation et la réglementation de l’application des technologies spatiales et des innovations pour le développement durable», a fait savoir Emmerson Mnangagwa qui présentait trois initiatives imbriquées pour le développement économique du pays.

ZINGSA, le nouveau rêve spatial du Zimbabwe

Une de ces initiatives est la conquête spatiale. «Les fonctions de ZINGSA sont de concevoir, mener des initiatives de développement de la recherche qui favorisent la science géospatiale, l’observation de la terre, l’espace, l’ingénierie aéronautique, l’ingénierie astronomique, les systèmes de communication par satellite, les systèmes de positionnement terrestre et le lancement du satellite, quand ce moment viendra», détaille de son côté, Amon Murwira, le ministre des Sciences et du Développement technologique.

Le Zimbabwe se rêve donc un avenir dans les étoiles comme la plupart des nations spatiales. L’Angola s’est reprise après l’échec du lancement d’Angosat-1, vite remplacé grâce à la coopération russe. Bien avant le pays d’Afrique centrale des pays comme l’Algérie, le Ghana, l’Afrique du Sud, l’Ethiopie, le Kenya, le Nigeria ou encore le Maroc sont déjà dans le concert des nations spatiales africaines. Un cercle que le Zimbabwe veut intégrer, même avec le timide lancement de cette nouvelle agence.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here