La MINUSCA salue l’adoption du Plan National pour la Prévention de l’Incitation à  la Discrimination, la Haine et la Violence

0
27


Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la République centrafricaine et Chef de la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), Parfait Onanga-Anyanga, se félicite de l’avancée indéniable que constitue l’adoption, le 30 juin, du « Plan national pour la Prévention de l’Incitation à  la Discrimination, la Haine et la Violence », à  l’issue de la campagne consacrée à  ce fléau, qui a réuni, à  Bangui, du 12 au 30 juin 2018, toutes les composantes de la vie sociale et politique de la République centrafricaine (RCA).

Ce Plan vient à  point nommé et prend pleinement en compte les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment la 2387 de novembre 2017 et la 2399 de janvier 2018, rappelle le chef de la MINUSCA, indiquant qu’il constitue « un instrument pertinent pour renforcer notre dispositif de surveillance et de documentation des discours haineux afin de mieux traquer les individus et entités responsables de tels actes ».

De retour de New York où il a briefé le Conseil de sécurité sur la situation en République centrafricaine sur la base du dernier rapport du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, le Représentant spécial du Secrétaire général fait valoir, par ailleurs, que le Conseil se réjouit des mesures déjà  prises et encourage des actions concrètes pour endiguer ce fléau, conformément à  la Constitution et aux lois en vigueur en RCA, notamment l’article 292 du Code pénal.

« La reconnaissance de ce fléau qui mine le corps social représente en soi une étape essentielle vers la prévention et le traitement effectif du discours de haine et de ses effets néfastes », indique également Parfait Onanga-Anyanga, qui insiste sur le fait que « les discours haineux et rumeurs proférés par des figures emblématiques de la scène politique et leaders d’opinion restent une préoccupation majeure en Centrafrique, en ce sens qu’ils creusent davantage le fossé entre les filles et les fils du pays et sapent les efforts conjugués vers la paix, l’épanouissement social et le développement ».

A cet effet, le Chef de la MINUSCA félicite les plus hautes autorités de l’Etat, y compris le Chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra, et le Premier Ministre, Simplice Sarandji, pour leur implication personnelle en faveur d’une communication plus responsable et constructive. Il salue également le leadership du Président du Haut Conseil de la Communication, dont l’institution a sanctionné les messages de haine, mais aussi et surtout pour avoir su mobiliser une large coalition de tous les segments de la société centrafricaine pour dire non aux mots qui tuent, aux mots qui divisent la société et anéantissent l’aspiration commune à  la réconciliation nationale.

« Il faut se féliciter de la pertinence des engagements pris et des recommandations formulées qui visent à  s’attaquer aux causes profondes du mal. J’encourage donc un effort soutenu de vulgarisation du contenu du plan national », déclare le Représentant spécial, tout en se réjouissant que la MINUSCA ait pu mobiliser toutes les ressources disponibles pour accompagner le Haut Conseil de la Communication dans la mise en place de cette nouvelle stratégie nationale pour la prévention de l’incitation à  la haine et à  la violence.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here