31ème Sommet de l’Union africaine: Nouakchott pour soigner les maux de l’Afrique

1
40


Le 31e sommet de l’Union africaine (UA) s’est ouvert le dimanche 1er juillet 2018 à  Nouakchott, dans la capitale mauritanienne. Sécurité, corruption, réformes au sein de l’Union et bien d’autres maux qui minent l’Afrique sont des thèmes qui devront être abordés au cours de ces deux jours de rencontre.

Pour la première fois, la Mauritanie accueille le sommet de l’Union Africaine. Ouverte ce dimanche 1er juillet 2018, 22 chefs d’Etat et diverses autres personnalités prennent part à  cette rencontre de haut niveau dans le pays de Mohammed Ould Abdel Aziz. « Sécurité, corruption et réformes au sein de l’UA. Ce sont, entre autres, les questions que nous aborderons pendant 48h au cours du sommet Africa Union qui se tient à  Nouakchott » a indiqué dans un tweet quelques minutes avant le démarrage effectif des travaux le Président du Faso qui séjourne depuis samedi à  Nouakchott. Plus concrètement, des problèmes comme le conflit dans la région du Sahara (entre le Maroc et le Front Polisario), la situation sécuritaire dans la région du Sahel africain, l’effondrement de la situation sécuritaire en République centrafricaine, la stabilité sur le continent, la migration illégale, la lutte contre la criminalité transnationale organisée et le financement de l’Union africaine, devraient trouver solutions à  ce Sommet.

A la suite de son post, un communiqué de la Présidence du Faso a a rendu compte de l’ouverture de la rencontre. « Dans son discours d’ouverture, le Président Paul Kagamé du Rwanda, président en exercice de l’Union africaine a réaffirmé la volonté de l’organisation d’œuvrer au renforcement de cette solidarité entre les pays », a indiqué le communiqué.
Paul Kagamé a aussi rappelé la nécessité pour l’Afrique de travailler pour dynamiser la coopération afin de venir à  bout des fléaux qui minent le continent.
Le Sommet, précise toujours le communiqué, poursuivra le débat sur la question des réformes institutionnelles de l’Union africaine, des réformes qui ont été confiées au Président Paul Kagamé, pour mener des consultations afin de faire en sorte que l’organisation panafricaine soit plus efficiente pour mieux répondre aux ambitions des Etats et des populations.

Halima K

Source : abangui.com

1 COMMENTAIRE

  1. Dans le projet de réforme des institutions dont l’auteur est Kagame, le renforcement des droits fondamentaux des citoyens d’une part et les sanctions des violations des dispositions de la Charte de l’Union Africaine d’autre part sont inexistants.
    1- Le Rwanda dont le même Kagame est président est le pays qui a le plus grand nombre de prisonniers politiques en Afrique.
    2/ L’actif de Kagame est garni de dizaines de cadavres, disparus et prisonniers journalistes notamment (voir le livre d’Anjan Sundaram: Bad News).

    3/ Kagame s’est autoproclamé Président à vie sur le fondement d’un document qu’il l’a lui-même fabriqué dit « pétition des Rwandais » qui, selon ses dires, lui ont demandé qu’il révise l’article 101 de la constitution de son pays afin d’être président à vie.
    4/ Kagame a envoyé les escadrons de la mort dans plusieurs pays pour liquider les opposants politiques (voir les déclarations d’un responsable du service de renseignements belges sur le site internet The Rwandan en français ou sur TFR info de Ndagijimana Jean-Marie). Kagame a donc commis les actes terroristes contre les opposants politiques rwandais).
    5/ Kagame a détourné 100 millions de dollars US de deniers publics de son pays pour acquérir deux avions en Afrique du Sud, soit 50 millions de dollars US la pièce. Ces deux avions sont immatriculés et assurés à l’étranger. Le monde entier les a vus. Ils n’ont aucun signe distinctif tel que l’insigne du drapeau national de son pays. Lors de chacun de ses dizaines de voyages, il loue ses avions à l’Etat Rwandais. C’est lui qui fixe le montant du loyer en dollars US par l’heure. Le montant payé est viré sur son compte ouvert aux Iles Jersey qui sont un paradis fiscal. Les journalistes qui ont porté à la connaissance les détournements massifs de plusieurs millions de dollars US par Kagame et les siens sont dans les tombes, d’autres en exil.
    6/ Au mois de février 2018, Kagame a réuni des centaines de hauts fonctionnaires et dignitaires du régime lors d’un séminaire portant sur l’état réel du Rwanda et la gouvernance des affaires publiques. Il a fait un constat macabre : Plusieurs millions de dollars, soit plusieurs milliards de francs rwandais ont été détournés par les oligarques, de son régime en toute impunité et ce, de haute en bas (voir le site internet de Musabyimana Gaspard les propos macabres de Kagame). La corruption et la surfacturation des marches publics par les ces oligarques ne sont légion et ne sont pas constitutives d’infraction. Il a exposé l’état déplorable dans lequel se trouve le Rwanda à tel point qu’il a somme ses obligés de ne plus crier sur les toits que le Rwanda est bien géré ou réalise des croissances économiques inexistantes car ils sont et seront démentis par les faits : la paupérisation qui frappe massivement des millions de paysans rwandais, soit plus de 80% de la population rwandaise. Il a été sans équivoque.
    7/ Dans l’Affaire Ingabire Umuhoza Victoire contre le Rwanda, la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples a condamné le Rwanda pour violation massive et flagrante des droits fondamentaux d’Ingabire Umuhoza, actuellement en prison depuis plusieurs années. Elle l’a enjoint de la restaurer dans ses droits dans un délai de trois mois. Les statuts de cette Cour font parties intégrantes de la Charte de l’Union Africaine et le Rwanda reconnaît ses compétences.
    Or, le même Kagame a qualifié des juges de cette, auteurs de cette décision de petits juges dépourvus de compétences pour lui demander d’exécuter cette prétendue décision. Il a dit que le Rwanda n’exécutera jamais une telle décision. Autrement dit, outre son mépris et ses insultes publiques à l’égard des juges la CADHP, Kagame a refusé d’exécuter la décision d’un organe de l’Union Africaine dont il est actuellement président en exercice pour un an.
    Il est dans cet article
    « Le 31e sommet de l’Union africaine (UA) s’est ouvert le dimanche 1er juillet 2018 à Nouakchott, dans la capitale mauritanienne. Sécurité, corruption, réformes au sein de l’Union et bien d’autres maux qui minent l’Afrique sont des thèmes qui devront être abordés au cours de ces deux jours de rencontre. »
    Kagame préconise des réformes de l’Union Africaine sauf les droits fondamentaux des citoyens des Etats membres et le respect des dispositions de la charte de l’UA. Pourquoi n’a-t-il pas mis en pratique ce flot de formules types dans son pays ? Au vu des faits macabres ci-dessus indiqués, même un fou ne peut le prendre au sérieux. Il souffre d’une incontinence verbale ou logorrhée.
    Ces genres de sommets sont en des mises en scènes pitoyables pour prétendument montrer au monde que l’Afrique à des dirigeants qui méritent un respect sans toutefois pas être en état de prouver qu’ils méritent le respect. Comment les pays qui sont indépendants depuis plus de cinquante ans sont-ils incapables de trouver une personne pour diriger l’OIF et recourent à une autodidacte rwandaise, au surplus anglophone à savoir la Ministre des Affaires Etrangères de Kagame, appelée ici au Rwanda le perroquet du maître ? Son CV est caractérisé par l’extrême pauvreté. Elle est également impliquée dans le détournement massif de deniers publics au Rwanda, le tout en sus de ses extravagances dans lesquelles elle excelle.
    Exemple de ses extravagances : diffusion volontaire de fausses informations
    « RWANDA MFA @RWANDAMFA 16HLA CANDIDATURE DE S.E, @LMUSHIKIWABO, ACTUELLE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DU #RWANDA, AU POSTE DE SECRETAIRE GENERAL DE L’ @OIFFRANCOPHONIE VIENT D’ETRE APPROUVEE OFFICIELLEMENT PAR LE CONSEIL EXECUTIF DE L’UNION AFRICAINE. #AUSUMMIT #31STAUSUMMIT »
    Ce tweet fantaisiste et pitoyable pour une ministre des affaires étrangères est la preuve qu’elle ne connaît rien sur l’OIF. Pour elle, celle-ci est un club de combines et arrangements en tous genres entre les copains et kleptocrates africains. En diffusant des fausses informations, elle s’est logiquement elle-même disqualifiée au poste de Secrétaire Général de l’OIF. Le comble est que le médias africains sont restés silencieux sur l’agissement de la Ministre de Kagame alors qu’il est d’une particulière gravité pour une candidate au poste de Secrétaire Général de l’OIF.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here