Le Gabon s’attaque à la réduction du train de vie de l’Etat et des salaires des fonctionnaires

0
26

Les autorités gabonaises ont annoncé jeudi dernier, des mesures stratégiques permettant de réduire le train de vie et la diminution de la masse salariale de la fonction publique. Celles-ci décidées en Conseil des ministres pour une application immédiate, s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de relance de l’économie soutenu par le Fonds monétaire internationale appliqué depuis la fin de premier semestre 2017.

Le gouvernement gabonais continue de prendre des initiatives pour tenter d’assainir les finances publiques du pays. En conseil des ministres le jeudi 21 juin dernier, les autorités du pays ont pris des mesures prioritaires devant réduire le train de vie de l’Etat et diminuer de la masse salariale dans la fonction publique.

Il s’agit de l’application d’une décote de 15% de traitement de l’ensemble des Institutionnels et autres autorités administratives, d’une décote de 10% sur les rémunérations des cabinets et d’une décote de 5% sur les autres fonctions administratives. En dehors des décotes, le Conseil des ministres a décidé de réduire les effectifs des cabinets du président de la République, du premier ministre, des ministres et du secrétaire général du gouvernement ainsi que des autres institutions et des autorités administratives indépendantes.

Ces mesures qui prouvent la volonté du gouvernement gabonais de maîtriser les dépenses publiques pour atteindre et stabiliser l’équilibre des finances publiques, la croissance économique et l’amélioration du bien-être des populations, s’inscrivent selon le conseil des ministres, dans la poursuite de la mise en œuvre du Plan de relance de l’économie (PRE) soutenu par le Fonds monétaire internationale (FMI), lequel est appliqué depuis la fin de premier semestre 2017. Elles « rentrent en application immédiatement », précisent d’ailleurs le Conseil des ministres.

Assainissement du fichier du personnel de l’Etat

Les mesures de décotes des salaires et de réduire des effectifs ne sont pas les seules annoncées par le gouvernement gabonais. Ce dernier a aussi décidé de procéder à une vaste opération d’assainissement parmi le personnel de l’administration à travers quelques actes stratégiques.

« Dénonciation de contrats de tout contractuel ayant plus de 60 ans y compris tous les fonctionnaires maintenus en activité ayant plus de 60 ans, mise à la retraite immédiate des agents absents pour cause de maladie de longue durée, examen des situations administratives, avancement et reclassement après 2015, examen des situations des agents publics en service dans les établissements publics et percevant une double rémunération, … », annonce le gouvernement comme autre mesure. Il ajoutera à ceux-ci, l’audit de la masse salariale, l’interdiction de recrutement de la main d’œuvre non permanente, le gel des recrutements en qualité de contractuel hors statut des agents déjà à la retraite, le gel des concours, des mises en stage, des titularisations, avancement et reclassement pour une durée de trois ans et assainissement du fichier de titulaire de fonction pour évaluer le niveau des indemnités indues, mais également la réduction de la taille du Gouvernement qui constitué d’une quarantaine de ministres à ce jour.

Notons que ces mesures prioritaires prises par le gouvernement sont contenues dans le projet de loi de finances rectificative (PLFR) 2018 adopté lors du Conseil des ministres. Celui-ci affiche pour les prévisions révisées du cadre macro-économique et budgétaire, des opérations budgétaires et de trésorerie équilibrées en ressources et charges à 2.773,2 milliards de francs CFA, contre 2.673,8 milliards de francs CFA initialement prévues, soit une hausse de 3,7 %.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here