Cameroun : de nouvelles mesures fiscales dès l’année prochaine

0
30

De nouvelles mesures fiscales ont été introduites dans la prochaine loi de finances de 2019. Confirmées ce jeudi 21 juin par le président camerounais Paul Biya, ces mesures visent à optimiser les ressources non pétrolières sans impacter négativement l’activité des opérateurs économiques.

Le gouvernement camerounais procédera l’année prochaine à quelques réformes dans son système fiscal. La décision a été confirmée au gouvernement via une circulaire, ce jeudi, par le chef de l’Etat, Paul Biya lui-même. Dans ce document relatif à la préparation de la loi de finances du prochain exercice, Biya explique que cette démarche de l’Exécutif vise à promouvoir l’optimisation des ressources non pétrolières, mais aussi la mise en place d’un environnement fiscal favorable au développement des affaires.

Ceci dit, poursuit le chef de l’Etat, ces réformes portent essentiellement sur la sécurisation de l’assiette fiscale à travers la rationalisation, la maîtrise et le renforcement des régimes fiscaux incitatifs. A ce niveau, Paul Biya a tenu à rassurer que son gouvernement veillera à ce que les mesures n’aient pas d’impact négatif sur les entreprises. Elles permettront par ailleurs de soutenir la consommation afin de faciliter l’évolution du secteur privé.

Alors que le Cameroun traverse une période marquée par un ralentissement de la croissance et une chute des recettes pétrolières, la politique budgétaire annoncée par Paul Biya vise globalement la poursuite de la consolidation budgétaire. Cette démarche stratégique devrait permettre de réduire progressivement le déficit budgétaire comme prévu dans le programme des réformes économiques et financières en cours. Ceci, alors que se poursuivent les efforts de mobilisation des recettes internes non pétrolières et de rationalisation des dépenses.

Des perspectives économiques «plus positives»

Avec les nouvelles dispositions annoncées, le Camerounais s’attend à de meilleures performances économiques. Dans sa circulaire, le dirigeant estime qu’à moyen terme, les perspectives économiques du Cameroun «sont plus positives». Ainsi, a-t-il indiqué, l’économie portée par la production gazière et les impacts positifs de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2019) devrait reprendre un rythme haussier dès l’année 2019. Estimée à 3,2% en 2017 et annoncée à 4,1% cette année, la croissance économique réelle du Cameroun pour 2019 est prévue à 4,5%, dont 4,9% pour le PIB non pétrolier. A cela s’ajoutent un taux d’inflation de 2%, un déficit budgétaire global de 2,0% du PIB et un déficit du compte courant de 1,7% du PIB.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here