Les exportations de la CEMAC dominées à  plus de 70% par le pétrole

0
15


C’est ce qui ressort de l’analyse de compétitivité publiée mercredi 20 Juin par la Banque des États de la sous-région (BEAC).

Les exportations de la Communauté économie et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) restent dominées à  plus de 70% par le pétrole brut, dont la contribution au taux de change effectif réel (TCER) dans le domaine est d’environ 84%, selon une analyse de compétitivité publiée mercredi par la Banque des États de la sous-région (BEAC).De janvier 2015 à  décembre 2017, le taux global, hors pétrole, était structurellement au-dessus du taux pétrole inclus, une situation qui selon le rapport «indiquerait le fait que la perte de positions concurrentielles des économies de la CEMAC est plus forte lorsqu’on exclut les exportations de pétrole brut de l’analyse».

Le TCER global de la CEMAC s’est ainsi apprécié de +2,4% entre janvier 2015 et décembre 2017, une situation découlant d’une perte de positions concurrentielles sur le front des exportations (+1,5%), le TCER ressortant sensiblement en-deçà  du taux de change effectif nominal (TCEN) à  partir de mai 2016 et traduisant un différentiel d’inflation domestique plutôt faible d’une part, et globalement favorable par rapport aux principaux partenaires et concurrents de la sous-région, d’autre part.

En termes de contribution à  l’évolution du taux de change effectif réel global de la CEMAC, elle a, selon la Banque centrale, été fortement tributaire de l’appréciation du taux de change effectif réel des importations, significativement supérieure à  celle des exportations, la contribution moyenne du TCER des importations ayant été de +82,7% entre janvier 2016 et décembre 2017, et celle du TCER des exportations ressortant à  +17,3%.

En 2017, note le rapport, la compétitivité-prix de la sous-région, mesurée par l’évolution du taux de change effectif réel composite, s’est caractérisée par une perte, amorcée depuis janvier 2015, de positions concurrentielles sur les marchés internationaux.

S’agissant de la situation individuelle des États membres de la CEMAC, l’Institut d’émission souligne que l’évolution de la compétitivité-prix des économies est plutôt contrastée, soit +17,5% au Cameroun, +12,5% au Congo), +0,24% au Gabon et +0,36% en Guinée Équatoriale.

Quant à  la République centrafricaine et au Tchad, le taux s’est légèrement déprécié respectivement de -1,5% et -0,21%, et, d’une manière générale, la principale cause de cette dégradation de la compétitivité-prix des économies de la CEMAC est liée à  l’appréciation du TCEN du franc CFA, induite par le renchérissement de +2,7% de l’euro par rapport au dollar US, entre janvier 2015 et décembre 2017.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here